Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2017 2 31 /10 /octobre /2017 14:48

LA SERPE de Philippe Jaenada

643 pages épuisantes pour un récit qui n'est pas dénué d'intérêt.

Le pitch comme dirait l'auteur : En 1941, dans un château situé dans le Périgord (noir) trois personnes sont assassinées sauvagement  à coup de serpe (d'où le titre)

Tout accuse Henri Girard car les morts sont dans l'ordre du massacre : sa tante, la bonne de celle-ci et son père qui l'adorait. Mobile : Son père Georges parlait de se remarier avec une femme encombrée de deux marmots. L'héritage lui passait sous le nez, adieu château, fermage, veaux, vaches, cochons,  et cetera ! D'autant que ce brave Henri avait emprunté cette fameuse serpe aux gardiens, la veille, pour couper du bois (ce qui est l'usage normal de toute bonne serpe jusqu'à preuve du contraire) 

Donc pas de quoi  faire un bouquin de six cents pages, puisque l'affaire est entendue, et que nos bons pandores, qui sont aussi futés que de nos jours (tout le monde a en tête la tuerie de Chevaline) mettent le bon Henri en prison dans l'optique du passage à la guillotine (aucun doute la dessus)

Et pourtant, coup de théâtre, roulement de tambour, Henri Girard est acquitté. Personne ne peut expliquer pour quelle raison Girard sauve sa tête et hérite de la fortune. Incompréhensible ! On parle de pression sur les jurés par la résistance....

Durant six cents pages l'auteur va s'échiner à nous démontrer qu'Henri n'est pas coupable. Il reprend le dossier de A à Z . Il tente de nous convaincre que si les volets des W.C. étaient fermés de l'intérieur (film de Coluche)  le meurtrier a réussi à les ouvrir et passer à travers les toiles d'araignées qui prospéraient là depuis des années. Or c'était la seule possibilité de pénétrer dans le château, car comme chacun le sait les châteaux forts sont impénétrables.

Durant une centaine de pages émaillées de réflexions personnelles (plus ou moins drôles) (plutôt moins que plus) l'auteur essaie de nous convaincre qu'il a raison, qu'il est plus fort que Rouletabille et que les gardiens du château, les horribles et miséreux Doulet, sont les coupables !  

Une dernière précision et de taille, Henri Girard dilapidera la fortune dont il a hérité en quelques mois, et écrira sous le pseudo de Georges Arnaud. Il est, entre autre, l'auteur "Du salaire de la peur" adapté au cinéma par Clouzot. Stupéfiant non !

Le 8 novembre 2017.

J'apprends que La serpe vient d'emporter le prix Fémina, Est-ce un prix de consolation ? Toujours est-il que les 160 pages d'Eric Vuillar (prix Goncourt) pour L'ordre du jour terrassent les 640 pages de Jaenada.

J'apprécie les romans concis, où la digression n'a pas sa place, car le lecteur s'impatiente quand l'auteur, par je ne sais quel mystère, se perd dans des entrelacs de mots qui n'apportent rien au récit...je t'avais prévenu, Philippe, que faire cent pages sur des toiles d'araignées risquaient d'irriter les arachnophobes que nous sommes !      

 

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 19:28

 

Je me suis rarement insurgé contre les écrits littéraires, si mauvais soient-ils, mais qu'une maison aussi prestigieuse qu'Acte Sud se prête à une telle escroquerie me révulse.

Quel est l'objet de mon courroux ?

L'on annonce à grand renfort de publicité la sortie du cinquième tome de la Saga MILLENIUM.

Or, l'auteur des trois romans originaux qui ont été publiés à plusieurs millions d'exemplaires est mort foudroyé par une crise cardiaque AVANT la publication de ses romans.

L'on peut penser ce que l'on veut des trois romans de Stieg Larson, du bien, du mal, toujours est-il que le succès a été planétaire et personnellement j'ai aimé. Bien que ce ne soit pas de la grande littérature, le style, l'intrigue, les personnages, sont novateurs.  

Imagine-t-on une suite aux Misérables de Victor Hugo écrite par un parfait inconnu, ou une suite du Voyage au bout de la nuit de Céline par un écrivaillon quelconque ? Non. Les gens qui se prêtent à cette falsification ne le font que par mercantilisme. 

Que la Ministre de la Culture Françoise Nyssen,  ancienne directrice  d'Acte Sud, cautionne cette escroquerie littéraire me scandalise. Est-ce que le fric, car il s'agit bien de cela, va polluer la littérature comme il pollue tous les pans de notre culture ? Est-ce que le livre est une marchandise comme les autres ?

Madame la Ministre un peu de dignité, vous avez publié des chefs-d'œuvre, pris des risques, ne vous prêtez pas à cette escroquerie !  

ERIC DELVAL

LE PLAGIAT

CHAPITRE III

Elle n’avait plus connu un tel luxe depuis ses jeunes années, quand le château menait grand train. Désireuse de profiter au maximum de l’ambiance du quartier de l’Opéra, Pauline avait convenu d’un rendez-vous le lendemain à 16 heures avec Pierre Mazet, ce qui lui laissait tout le loisir de visiter l’Opéra Garnier et faire les Grands magasins du boulevard Haussmann comme une « véritable petite provinciale » avait ironisé Claude au téléphone, qui avait ajouté qu’elle regrettait de ne pas être en sa compagnie.

Plus le moment de rencontrer l’éditeur approchait, plus Pauline sentait l’anxiété s’installer. La veille, allongée sur le lit de la luxueuse chambre d’hôtel, elle avait relu quelques passages de son manuscrit, à l’affût de fautes d’orthographe voire pire, de syntaxe. L’appel téléphonique de Claude autour de minuit l’avait rassérénée, et permis de passer une nuit sans rêve, ni cauchemar.

Le sac contenant le précieux manuscrit serré contre la poitrine, elle observait par la fenêtre du taxi la file ininterrompue des véhicules collés parechoc contre parechoc. Immobilisé sur le boulevard Raspail, le véhicule qui la conduisait au domicile de Pierre Mazet, situé au deux de la rue Braque, près du parc Montsouris, avançait au rythme des invectives du chauffeur.

La gâche électrique de la porte de l’immeuble art-déco où demeurait l’éditeur, crépita dès qu’elle eût appuyé sur le bouton de l’interphone sans qu’elle eût besoin de s’annoncer. Elle le trouva sur le palier du deuxième étage, un sourire bienveillant sur le visage. Il la pria d’entrer tout en lui serrant la main.

Vêtu d’un pantalon de velours beige et d’une chemise à carreaux qui avait connu des jours meilleurs, Pierre Mazet était un petit homme aux cheveux gris, coupés en brosse, les yeux bleus pâles abrités derrière des lunettes rondes cerclées de fer. Il avait la peau blanche parsemée de taches de rousseur, des gens qui restent confinés dans leur bureau.

Il lui proposa une tasse de thé qu’il alla chercher dans la cuisine, traversant un salon encombré de meubles anciens couverts de livres, tout comme les étagères en chêne qui couraient le long des murs. Elle quitta l’ottomane sur laquelle elle était assise pour se rendre vers les fenêtres qui donnaient sur le parc.

- C’est agréable n’est-ce pas ! Habiter Paris et avoir cette vue champêtre.

Le ton acéré de sa voix la fit sursauter comme s’il l’avait prise en faute. Elle retourna s’assoir. Il déposa un plateau en cuivre de style marocain sur un guéridon et remplit deux tasses de porcelaine bleue.

- Ainsi vous écrivez !

- Oui, dès que j’ai eu terminé mes études, j’ai entrepris la rédaction de ce manuscrit, mentit-elle.

Elle reposa la tasse sur le plateau et sortit de son sac le manuscrit qu’elle tendit à l’éditeur. Celui-ci le feuilleta, un sourire amusé sur les lèvres.

- Il n’y a pas de titre ?

- Non, je n’en ai pas trouvé qui me satisfasse complètement.

- Eh bien on essaiera d’en trouver un ensemble, quand je l’aurais lu !

Il posa le manuscrit sur une table ronde parmi d’autres textes qui attendaient sans doute son verdict et évoqua son voyage à Bordeaux qui remontait à mille-neuf-cent-quatre-vingt-huit  lorsqu’il était tout jeune écrivain, ainsi que  la merveilleuse réception que ses parents avaient donné en son honneur au château. A l’évocation de cette manifestation, son visage se contracta, son regard se perdit vers les fenêtres donnant sur le parc. Il poussa un léger soupir et lui sourit.

- Comment vont-ils ? demanda-t-il brusquement.

Pauline détourna les yeux vers son manuscrit.

- Vous l’apprendrez en lisant mon roman, je parle beaucoup d’eux.

Constatant l’embarras de Pauline, Pierre Mazet ne poursuivit pas, il enchaina sur le métier d’écrivain et ses atermoiements quand il s’était lancé en littérature alors que rien ne le prédestinait à cette carrière. Son chef-d’œuvre, « La citadelle oubliée » était inspiré des aventures de son grand-père qui avait participé à la campagne coloniale de l’armée française en Afrique subsaharienne au début du vingtième siècle. Des rumeurs de plagiat avaient courues lors de la sortie du livre. Deux critiques littéraires plus téméraires que leurs confrères avaient cru discerner quelques similitudes troublantes avec un roman paru quelques années plus tôt, dont l’auteur refusa un grand prix littéraire, dénonçant « Une littérature à l’estomac »

Licenciés des revues pour lesquelles ils travaillaient, plus personne n’entendit parler des deux audacieux.

La voix de Pierre Mazet donnait l’impression d’une lame de scie glissant sur les cordes d’un violon. Cette métaphore lui arracha un sourire qui désarçonna l’éditeur dont le monologue  arrivait au moment crucial où survenait l’annonce de la décision du jury lui décernant « Le  Prix de l’Académie »

- J’imagine votre joie ! se récria Pauline, consciente d’avoir troublé le grand homme.

 Il lui jeta un regard condescendant, et poursuivit le cours de ses souvenirs de gloire, les yeux un peu dans le vague.

- Mais je vous ennuie avec mes histoires qui remontent à la nuit des temps.

- Pas du tout, je trouve ça passionnant.

- Voulez-vous que nous dinions ensemble ? Je connais, pas loin d’ici, un restaurant fort convenable.

Pauline se redressa en saisissant son sac.

- Je suis désolée, je dois retourner à mon hôtel où j’ai donné rendez-vous à une amie.

Pierre Mazet ne parut pas particulièrement déçu. Il se leva à son tour du fauteuil qu’il occupait et du bras lui indiqua la direction de la porte d’entrée.

- Ce sera pour la prochaine fois.

- Avec plaisir, répondit-elle.

Alors qu’elle approchait de la porte et qu’il lui tendait la main pour la saluer, elle agrippa son bras, se colla contre lui et l’embrassa passionnément sur les lèvres. Désemparé, il recula, la regarda dans les yeux, y vit une invitation, la prit par les épaules et l’entraina vers sa chambre.

Pauline avançait comme une somnambule, incapable de justifier le geste insensée qu’elle venait d’accomplir et maintenant le fait qu’elle se déshabillât comme si une autre personne agissait à sa place.

Tout d’abord stupéfait, Pierre Mazet, persuadé que l’abandon de cette jeune femme était le fruit de la fascination qu’il exerçait sur elle, contemplait, flatté, le corps gracieux de Pauline étendue sur son lit. Il n’avait pas fait l’amour depuis la mort de sa femme il y a cinq ans. Cependant, il estimait qu’il avait été à la hauteur, sa jeune admiratrice avait émis quelques râles révélateurs. Il s’était mis sur le dos, les mains derrière la tête, les yeux fixés sur les arabesques du plafond. Un sourire satisfait sur les lèvres, il écoutait la lente respiration de Pauline, qui n’osait faire le moindre mouvement, puis s’endormit.

 

L’obscurité avait envahi la pièce, les diodes d’un radio réveil situé à quelques pas  indiquaient vingt heures vingt. Pauline sauta hors du lit. Pierre Mazet alluma une lampe de chevet, contempla les contorsions de la jeune femme qui s’habillait dans la précipitation, posa les pieds sur le tapis avec l’intention de la raccompagner.

Sans se retourner, elle lui demanda de ne pas bouger, l’assura qu’elle trouvera aisément le chemin de la sortie et l’avertit qu’elle l’appellera le lendemain en fin d’après-midi.

Une fois la lourde porte en fer forgé de l’immeuble refermée derrière elle, elle fit quelques pas puis s’arrêta pour s’appuyer contre le tronc d’un arbre, comme prise de vertiges. Incapable, d’analyser ce qui l’avait poussée à agir de la sorte, se donner à un homme qui ne lui plaisait pas et ne lui avait procuré aucun plaisir. C’était la sidération qui l’emportait, elle reprit sa marche, les yeux rivés sur le bout de ses chaussures, en direction du boulevard Jourdan où elle espérait trouver un taxi. Son désarroi ne s’exprimait ni par la colère, ni par la tristesse, mais par une introspection sur ses motivations. Avait-elle eu subitement envie de cet homme qui restait une légende dans le monde de la littérature ? Ou n’était-ce que vénalité afin qu’il publiât son roman ? La réponse lui parut évidente.

Elle retrouva la chambre du Hilton avec plaisir. Le trajet en taxi,  au cours duquel le chauffeur avait réussi la prouesse de la faire rire, l’avait apaisée. A travers la vitre détrempée, la ville lui avait parue irréelle, un rideau de bruine donnait aux monuments illuminés un aspect irréel comme peints par Monet.    

Ne restaient que l’angoisse de revoir l’éditeur, et surtout de l’attitude à tenir. Elle se dirigea vers la salle de bain, prit une douche brûlante qui dura une dizaine de minutes comme si elle voulait effacer les traces de ce qui resterait une tache indélébile dont elle était seule responsable, car elle n’imaginait pas un instant que Pierre Mazet eût été capable d’une telle initiative. Elle se séchait devant le miroir, examinant son corps sur toutes les coutures, quand le téléphone sonna.

Pauline se dirigea lentement vers l’appareil, porta le combiné à son oreille. Elle ne répondit que lorsqu’elle discerna  la voix de Claude.

- Je ne voulais pas t’appeler sur ton portable pour ne pas te déranger. Comment ça s’est passé ?

- Bien, nous avons longuement parlé, surtout lui.

- Tu as une drôle de voix.

- Je sors de la douche.

Il y eut un court silence.

- Vous avez commencé la lecture du manuscrit ?

- Non je dois l’appeler demain en fin d’après-midi.

- Tu me tiens au courant ?

La gorge serrée, Pauline répondit d’une voix oppressée qu’elle l’appellera dès qu’il lui aura fait connaître sa décision.

- Tu es sûre que ça va ?

- Oui, je suis un peu fatiguée.

- Je vais te laisser te reposer, je t’embrasse.

La main tremblante, Pauline raccrocha. Un instant, elle avait eu la tentation de révéler  ce qui s’était passé, comme pour obtenir l’absolution de son amie, seule la certitude d’une condamnation l’avait dissuadée.

 

Après un repas frugal, pierre Mazet, vêtu d’un peignoir en soie mauve, se rendit dans le salon à la recherche du manuscrit qu’il trouva au milieu d’une dizaine d’autres qui attendaient, là, certains depuis des mois. Il le prit, s’installa confortablement sur l’ottomane, et, entreprit la lecture du roman de Pauline de Lanzac. A la lecture du nom qui s’étalait en lettre grasse sur la page de garde, son regard s’égara sur les moulures du plafond. Il ne pouvait s’empêcher de repenser à ce corps qu’il avait étreint avec ivresse, passion, la jouissance qu’il en avait tirée et partagée, il en avait la certitude. Il ne pensait qu’au moment où elle l’appellera, le cœur plein d’espoir, où il lui demandera de venir pour accueillir sa décision et….peut-être, mais il n’osait encore spéculer sur l’avenir. Il y avait une telle différence d’âge.

Il fallait lire ce roman, il avait la nuit devant lui. La théière à portée de main, il s’y attela sans plus tarder, se promettant de ne pas s’endormir.

A l’évidence, les premières pages révélaient que le fil conducteur du récit concernait la famille de Lanzac. Elle avait eu le courage de ne pas en modifier le nom, ce qui aurait été une erreur.  L’enfant, décrite comme introvertie, admirative de son père, un chevalier sans armure, ne pouvait être que l’auteure. C’était écrit dans un style académique, où il sentait des études de lettres solides, mais sans originalité, pour ne pas dire insipide.

Les poncifs foisonnaient, les métaphores étaient éculées, c’était une succession de situations fabriqués dignes de la collection Arlequin. Très rapidement, il comprit que ce roman avait été écrit dans l’urgence d’une situation désespérée.  Parvenu à la moitié du récit, l’espoir d’un sursaut paraissait illusoire, la médiocrité du texte se confirmait au fil des pages. L’abattement de Pierre Mazet laissait place à la sidération.

Subitement, il prit conscience avec effroi de la situation dans laquelle il se trouvait. Terrifié, il sauta deux ou trois chapitres, parcourut quelques lignes à la recherche d’une quelconque embellie, mais il retombait invariablement sur les mêmes mièvreries. Sa tête s’affaissa sur sa poitrine, le manuscrit lui glissa des mains, s’éparpilla sur le sol. Jamais il ne pourrait défendre cette romance à la réunion du comité de sélection qui avait lieu tous les mercredis sous la haute direction du patron en personne.

Sa conscience le tourmentait, il hésitait entre accomplir son devoir d’éditeur intègre et l’irrépressible désir qu’éprouvait l’homme de cinquante-quatre ans de prendre à nouveau dans ses bras cette jeune femme, car il sentait bien que pareille opportunité ne se reproduirait plus. Il marcha jusqu’à la salle de bain et s’observa dans le miroir. Il y vit un visage flétri aux yeux usés par des années de lecture, un corps aux muscles flasques. Il secoua la tête de dépit, éteignit la lumière, et alla se coucher, ne sachant quelle attitude adopter lors de l’appel de Pauline dans quelques heures, qu’il redoutait. Le sommeil, qu’il trouva après avoir tourné dans son lit durant de longues minutes, fut émaillé de cauchemars. Le manuscrit à la main, il usait d’un chantage indigne afin de coucher avec elle. Il se réveilla au petit matin en sueur, se dirigea vers la salle de bain pour avaler un somnifère et retourna se coucher.

Au loin, à une distance qu’il ne pouvait atteindre, une sonnerie bourdonnait, irréelle. Il se redressa, la tête enserrée dans un étau. Le bruit provenait du salon, persistant. Il enfila son peignoir et se dirigea à tâtons vers l’encadrement lumineux de la porte de la chambre. Le salon baignait dans une lumière crue qui lui blessa les yeux. Instinctivement il tourna la tête vers la pendule posée sur l’étagère face à l’ottomane. Elle indiquait seize heures. La sonnerie repris de plus belle, elle venait de la porte de l’appartement. Il regarda par le judas, découvrit Pauline sur le palier. Perdant totalement la maîtrise de soi, il courut se réfugier dans le salon, s’assit, les mains entre les genoux, tandis que la sonnerie lui fracassait les tympans. Reprenant ses esprits, il fila vers la salle de bains, s’aspergea le visage d’eau, noua une serviette de bain autour de sa taille et retourna vers la porte qu’il ouvrit. Pauline était de dos, le pied sur la première marche de l’escalier, il regretta son geste. Elle se retourna et l’aperçut à moitié nu, pitoyable, la tête froissée d’un homme qui a passé une nuit blanche, et ne put retenir un fou rire. Un sourire contraint sur les lèvres, il s’excusa, prétexta qu’il était sous la douche et s’effaça pour la laisser passer.

Tandis qu’il filait vers la chambre afin d’aller revêtir une tenue plus décente, elle pénétra dans une pièce qui sentait le renfermé et se rendit vers une des fenêtres afin de l’ouvrir. Au passage, elle vit, au pied de l’ottomane, les feuillets de son manuscrit éparpillés sur le tapis. En le voyant réapparaître dans le salon, pauvrement vêtu de son pantalon de velours sur lequel il avait passé une chemise vichy froissée, les pieds nus chaussés de pantoufles, elle se demanda comment elle avait pu faire l’amour avec cet homme. Il sentit la désapprobation dans son regard et tenta de faire diversion en lui proposant une tasse de thé dont lui-même avait un besoin pressant.  Elle refusa sèchement, le regard vissé sur les feuillets jonchant le sol.

- Alors ?

Les jambes tremblantes, il se laissa choir dans le fauteuil, la tête basse, il n’osait la regarder, cherchant les mots qui ne venaient pas. Elle comprit immédiatement.

- C’est mauvais ?

Il ne répondait toujours pas, les yeux rivés au sol comme un petit garçon pris en faute, ce qui eut le don de de la mettre dans une rage folle.

-- Mais réponds !

-- J’ai passé la nuit à te lire, marmonna-t-il d’un ton las comme pour atténuer la fureur qu’il sentait monter en elle.

Elle hurla les paroles qu’il redoutait d’entendre.

-- Maintenant que tu m’as baisée et mal, tu crois que tu peux me jeter comme n’importe quelle putain espèce de salaud !

Les traits ravagés par la fureur, elle bondit de l’ottomane qui se renversa, attrapa un livre sur une étagère, le lança avec rage à travers la pièce. Il alla heurter la toile d’un tableau où il resta fiché. D’un air ahuri, Mazet regarda tour à tour son tableau défiguré puis Pauline qui ramassait les pages de son manuscrit en culbutant tout ce qui se trouvait sur son passage. Paralysé par la peur, il psalmodiait des paroles incompréhensibles. Elle rangea le manuscrit dans son sac, dont elle se servit comme d’une fronde, pulvérisant ce qui se trouvait à sa portée, bibelots, carafes en cristal, écran du téléviseur, disques… jusqu’au vase de chine de l’entrée contenant cannes et parapluies qui explosa sous l’impact du sac. La porte claqua comme un coup de fusil laissant Pierre Mazet hébété.

*

Pour connaître la suite qui ne manque pas d'intérêt vous allez devoir patienter quelques jours... mais vous ne le regretterez  pas...promis !

A suivre après le prochain article consacré aux livres que j'ai lu cet été :

 Bonne surprise : Virginie Despentes,  Vernon Subutex.  J'avais une appréhension irraisonnée à lire cette auteure notamment à cause de ce que j'avais entendu ou lu sur elle. Comme quoi, il vaut mieux se faire une opinion soi même ou comme le dit Eric Delval  :

La subjectivité de l'un ne fait pas le goût de l'autre.

Autre  plaisir, mais ce n'est pas une surprise : Mario Vargas Llosas : Le héros discret : C'est le plaisir de lire, tout simplement.

 

 

 

 

  

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2017 2 18 /07 /juillet /2017 22:13

 

De Gaulle en visite chez le dictateur Franco

Lors de l'une de ses interviews, le candidat Fillon dont on connaît maintenant la destinée ubuesque a déclaré pour se défendre des attaques dont il était (à juste titre) l'objet : 

Peut-on imaginer le général de Gaulle mis en examen ?

Si j'avais été dans la salle j'aurais hurlé oui et aurais ajouté il aurait dû comparaître devant la Cour de Justice de la République pour meurtres.

Bien entendu aucun flagorneur, pardon, journaliste présent n'a osé contredire celui qui selon toute vraisemblance allait devenir le prochain Président de notre pauvre Démocratie.

Vous aurez remarqué, durant cette campagne, que presque tous les candidats ont tenté de s'approprié "l'héritage" du Grand Homme avec plus ou moins de conviction.

ET POURTANT :

Cela commence par la porte des enfers, car il faut bien un début à une histoire et surtout situer le personnage principal car jamais il n'y aura eu une telle désinformation concernant un acteur majeur de l'histoire de notre beau royaume. Or de nos jours personne n'ose émettre la moindre critique concernant le Grand Homme. Et pourtant, que de coups bas, que d'hypocrisie, que d'atteintes aux  principes de notre démocratie
.
L'INA la porte des enfers.
 
Cela commence comme un conte. Il y avait dans l'enceinte de l'institut national de l'audiovisuel (INA) une pièce fermée à double tour où il était interdit de pénétrer depuis des années et des années. Personne ne savait ce qu'elle contenait. Un jour un jeune homme plus intrépide, plus curieux que les autres força la serrure de la porte. La pièce contenait des kilomètres de films, de reportages, d'émissions. Ces bobines se trouvaient là, non pas parce que les sujets en étaient licencieux, mais parce que ces films, ces reportages, ces émissions ne plaisaient pas au Grand Homme qui les avait confié à un personnage démoniaque, implacable de cruauté qui s'appelle CENSURE.
Pour comprendre dans quelles conditions ces films ont été précipités en enfer, il faut remonter dans le passé. Plus précisément à la présidence du général de Gaulle, au début des années 1960.
 
Souhaitant contrôler les journaux d'informations à la radio et à la télévision - "les voix de la France" -, le président de la République avait mis en place un système de censure que les journalistes avaient bien du mal à contourner . A la tête de ce système, on trouvait Alain Peyrefitte, ministre de l'information depuis 1962, chargé des basses œuvres audiovisuelles. Chaque matin, il réunissait dans son bureau les responsables de la radio et de la télévision, à qui il dictait le conducteur quotidien de leurs différents journaux. Ensuite, il les faisait surveiller par quelques fonctionnaires du service de liaison interministériel pour l'information (SLII), organisme interne de son ministère chargé, jusqu'en 1969, de contrôler la "bonne conduite" de la radio et de la télévision.
 
Rien n'échappait à ces hommes de l'ombre dont le zèle frôlait souvent l'abus de pouvoir, et surtout la bêtise. Ainsi, lorsqu'un reportage traitait d'un sujet politiquement sensible ou que des images ou des commentaires ne plaisaient pas, ceux-ci étaient immédiatement envoyé en « enfer »,
La suite est encore plus effroyable et Conchita Juanita Hernandez, le cerbère qui garde l'entrée de l'immeuble où je demeure, en est toute retournée, elle qui pourtant a subi le joug du régime franquiste.
 
Un inventaire à la Prévert.
 
Mais que trouvait-on dans ce local ? Un peu de tout. Les censeurs faisaient preuve, à défaut d'ouverture d'esprit, de la flagornerie la plus affligeante.
Ainsi l'on trouvait entre autres, une séquence de la caméra invisible, une chanson de Bernard Lavilliers, un reportage sur la révolution à Cuba, un interview du peintre Salvador Dali, de François Truffaut qui s'élevait contre la fermeture de la cinémathèque de Chaillot (Malraux ex communiste, écrivain, était ministre de la culture). Des films, Mourir d'aimer d'André Cayatte, le souffle au coeur de Louis Malle....des reportages. Tous les reportages relatant des manifestations de mécontentement du vulgum pecus étaient systématiquement censurés, ainsi la manifestation du 1er mai aux chantiers navals de St Nazaire en grève, mais plus grave les 7 morts de Charonne (8 février 1962) et la répression sanglante de la manifestation des algériens du 17 octobre 1961 (entre 100 et 200 morts) Le Préfet de police de Paris s'appelait Maurice Papon*, le général savait choisir ses collaborateurs  pour les sales besognes.
 
Jusqu'où allait la bêtise des censeurs: Une séquence du voyage en Italie du Grand Homme. Sa visite à Rome ! Pourquoi ? Parce qu'il se mouchait sur la place St Pierre ! Un Grand Homme ne se mouche pas, tout le monde sait cela!
*Condamné pour complicité de crime contre l'humanité pour avoir contribué à la déportation de juifs (dont des enfants) pendant la seconde guerre mondiale.
 
 
Crime d’état.
 
Il y a 44 ans, le 29 octobre 1965, j'étais confortablement installé à la terrasse du café de Flore, je ne me doutais pas que se déroulait sous mes yeux une tragédie, sur le trottoir d’en face, devant le drugstore Saint-Germain. Cette tragédie, un demi siècle plus tard, me hante encore l'esprit.
Deux individus portant feutres et gabardines noires, identiques à celles de la gestapo, montraient une carte barrée de tricolore à un homme brun, d'allure sportive, et l'entraînait vers une Peugeot 403 noire elle aussi. L'on ne reverra plus jamais Mehdi Ben Barka.
Cet homme universellement connu, pourfendeur de l'injustice, défenseur acharné des pays du tiers monde, et pour son malheur opposant à sa Majesté Hassan II, ami de de Gaulle, disparaissait dans le pays des droits de l'homme, enlevé par des barbouzes du SAC et les services secrets français, acoquinés pour l'occasion.
Medhi Ben Barka sera séquestré dans une villa des Yvelines, torturé et exécuté dans des conditions effroyables par les services secrets marocains. Les barbouzes du S.A.C. faisaient les cent pas dans la cour de la villa. Pourtant aguerri à la torture, l'un d'eux, dénommé Bouchesèche, ça ne s'invente pas, avouera plus tard qu'il n'avait jamais entendu de tels hurlements de souffrance.
De Gaulle au cours d'une conférence de presse déclarera qu'il ne savait rien de cet acte barbare.
 
8 février 1962 : Manifestation de diverses organisations contre l'OAS, la répression menée par le Préfet de police de Paris : Maurice Papon est terrible une dizaine de personne sont bloqués contre les grilles du métro Charonne : 8 morts.
 
Maurice Papon est également mêlé à l'enlèvement de Ben Barka Il sera condamné en 1998, non pas pour les crimes évoqués ci-dessus mais pour avoir déporté des enfants juifs pendant la guerre. Motif de la condamnation complicité de crime contre l'humanité.
 
Ce n'est que la partie émergée des 10 ans de pouvoir de de Gaulle.
 
Le temps est comme le vent, il efface les traces, ne reste que les belles histoires que nos enfants lisent dans les livres d'histoire.
 

 

Anniversaire :

Il y a cinquante ans, de Gaulle en visite à Québec, lançait "Vive le Québec libre" devant un parterre ébahi. Et les journalistes et autres flagorneurs de tout poil de s'extasier devant l'audace du grand homme.

Je me suis souvent posé la question, quelle aurait été la réaction de ces courtisans  si un chef d'état en visite en Corse avait eu l'outrecuidance de crier "Vive la Corse libre" ?

Partager cet article
Repost0
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 19:56

L'ère des apostats.

Quelles sont les motivations qui poussent ces hommes et ces femmes à trahir leur camp, abandonner leurs amis, pour rejoindre leurs ennemis d'hier, dont les idéaux sont à l'opposé des principes qu'ils défendaient quelques jours auparavant.

Les privilèges, l'argent, ou l'absence de conviction, parce que la politique est un métier et qu'ils soient dans un camp ou dans l'autre ne leur posent aucun cas de conscience, car leur conscience ils l'ont reléguée au vestiaire des oubliettes. Ils renient leur passé, leurs écrits, leurs critiques avec la morgue du poivrot qui promet de ne plus trinquer et se roulent dans l'apostasie et la servilité comme ces ivrognes dans leurs vomissures.

Ces nouveaux prosélytes, haïs par les amis qu'ils délaissent et détestés par ceux qui les accueillent sont dans l'obligation de faire assaut de flagornerie pour convaincre. Ainsi l'on voit le zélateur, s'abaisser au pied de son nouveau monarque au point de lui lécher les pieds, et remplir sa mission avec une ardeur digne du plus servile des courtisans, et à l'occasion s'accaparer le rôle du sycophante.

Vous l'avez peut être compris je ne porte pas dans mon cœur ces traitres, lesquels pour un plat de lentilles, retournent leur veste et enfilent la défroque de la trahison. Or notre république en a fait une spécialité, qui n'honore pas ces individus, mais qu'est-ce l'honneur de nos temps, lorsqu'un ministre tient des propos raciste, qu'un autre profite de la notoriété de son nom pour accéder au poste de ministre, que celui-ci expulse à tout va pour obtenir une caresse de son nouveau maître, que celui-là, licencié par un podestat africain, s'accroche à son maroquin plutôt que démissionner, et celui-ci qui avoue manger son chapeau à la réception d'un dictateur aux mains ensanglantées.

La république des hommes sans honneur.

Rien à voir avec l'ère Macron ?

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2016 3 28 /12 /décembre /2016 23:23

Mercredi 28 décembre 2016

LE CALICE JUSQU'A LA LIE !

Un ami dont je tairais le nom pour qu'il ne succombe pas sous les lazzis m'a offert pour Noël un roman  dont le titre est Sphinx. C'est écrit par Christian JACQ édité par XO ( vous verrez que le sigle XO a son importance) 

Cet auteur dont je n'avais jamais rien lu s'était déjà signalé par des élucubrations sur l'Egypte ancienne (un bon filon) sur laquelle l'on peut écrire n'importe quoi du moment que la documentation  (abondante) est crédible.

Mon ami,connaissant mon appétit pour les civilisations grecques, perses et égyptiennes, pensait me faire le plus beau des cadeaux en m'offrant cet ouvrage, je n'ai pas eu le courage de le décevoir. Je l'ai donc hypocritement accepté.     

Tel un martyr accomplissant un acte héroïque, je me suis  attaché à la lecture de ce pavé de...387 pages et je dois dire que je n'ai pas été déçu. Car en réalité, malgré le titre, qui n'a rien à voir avec le Sphinx (bien joué) ce roman est une histoire "façon James Bond"  où le héros (un joueur de rugby) reporter international,  s'intéresse à une organisation nommé Sphinx dont les membres au nombre de neuf sont éliminés les uns après les autres.  

Ce joueur de rugby tombe (imprudemment)  entre les griffes des services secrets chinois qui le livrent (par souci diplomatique) à d'affreux Ouïgours musulmans afin de le torturer pour qu'il avoue... ce qu'il ignore totalement. Par contre, comme ces Ouïgours ne sont pas totalement idiots, ils réclament une rançon d'un milliard que son ami Mark (Patron d'un Empire industriel) est prêt à payer. Le suspens est à son comble !

Ce Mark (dont le père vient de décéder mystérieusement) vit comme un Prince. Il fréquente les clubs (anglais) les plus huppés s'assoit aux meilleurs tables en compagnie de Ministres et d'hommes d'affaires dont la fortune donne....le vertige. J'ai noté un menu qui m'a pour le moins surpris (moi qui pensait être un fin gastronome) œufs brouillés suivi de tomates farcies, suivi d'un lapin aux morilles et pour finir... fromages de chèvres. Le tout arrosé de cognac XO. Je dois avouer que j'ai eu envie de vomir.

Ce cognac XO (du nom ce l'éditeur) revient toute les dix pages.

Mon calvaire s'arrête là...page 114. Je supplie mon ami de me pardonner, c'est trop dur. J'ai mis ce "bouquin" sur EBay. A moitié prix, état neuf... Si vous souhaitez du mal à quelqu'un. N'hésitez pas. 

 

Le calvaire continue (et là je suis le fautif)

Me fiant aux critiques et à l'excellente promo. faite par l'auteur sur divers médias je me suis empressé d'acheter le roman de Jean-Christophe Rufin :

LE TOUR DU MONDE DU ROI ZIBELINE

Par le passé j'avais lu deux romans de cet auteur qui m'avaient laissé une bonne impression notamment "Le grand cœur".

Ce roman que je n'ai pas terminé, et que je ne terminerai pas, tant il est mauvais relate l'histoire d'un couple, le comte Auguste Benjowsky et son épouse Aphanasie. Pour une raison inexplicable le couple demande audience à Benjamin Kranklin (l'inventeur du paratonnerre)  afin de lui "narrer" leur aventure. Curieux ! Le vieil homme accepte et semble captivé par ce récit romanesque.   

A la suite d'une bataille en Pologne où il est fait prisonnier le comte Auguste se retrouve prisonnier au fin fond de la Sibérie, au Kamtchatka, une presqu'île baignée par le Pacifique. Le gouverneur de cet enfer à une jolie fille qui tombe (on s'en doutait) amoureuse du bel Auguste. Le couple s'enfuit. A bord du bateau qu'il a "emprunté" au gouverneur  le couple accompagné par quelques fugitifs, passe par le Japon, Formose, la Chine pour ce retrouver après moult péripéties...en France.

Occupé à préparer une nouvelle expédition vers Madagascar, le comte laisse sa compagne entre les mains d'une jeune femme nommée Julie, laquelle entreprend de familiariser Aphanasie à la vie parisienne, d'abord les salons, elles rencontrent Diderot, lisent Rousseau, Voltaire...puis le Paris dévoyée car Julie a en tête de rendre Auguste (qui délaisse sa compagne) jaloux.

Cet apprentissage à la marquis de Sade, en moins talentueux, tombe dans une mièvrerie navrante, qui dure des pages et des pages, que j'ai parcourues en priant pour que cette littérature "Arlequinesque" prît fin. Je vous en livre une phrase symptomatique : << A mes qualités physiques (celles d'Anaphasie) je joignais le mérite de la nouveauté, et une moindre expérience pour éconduire ceux qui me fleuretaient. Heureusement Julie était à mes côtés..... 

Je fleurète, tu fleurètes, nous fleuretons.....

Page 265, à bout de patience,  je baissais les armes et fermais le livre avec l'amère sensation d'avoir une nouvelle fois jeté vingt Euros par la fenêtre. 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 11:52

mardi 13 décembre.

LE CRI de Nicolas Beuglet  XO éditions 19, 90 Euro.

Ce cri serait plutôt un gémissement de consternation après la lecture de cet ouvrage.

Pourtant tout commençait bien : Un type meurt dans un asile d'Oslo. L'enquête révèle que cet homme est enfermé depuis trente ans, que personne ne sait qui il est, et que sa mort est plus que suspecte car il est retrouvé la bouche ouverte comme lorsque l'on pousse un cri de terreur. En outre il porte gravé sur le front le numéro 488.

Comme je vous l'avais dit tout commence bien et je m'attendais à lire un polar haletant.

Hélas cela se gâte quand l'héroïne rencontre en France, au cours de son enquête, un pseudo journaliste de guerre, qui pleurniche sans arrêt. Celui a la garde du fils de son frère mort dans un accident de voiture avec sa femme.

Et là on tombe dans l'invraisemblance et la mièvrerie. Comme je n'ai pas l'intention de vous narrer toute l'histoire, je vous rapporte un épisode des plus comiques (page 245) :

Notre reporter est près de son père dans une cave et veut faire avouer à celui-ci un secret. Blessé le père demande alors à son fils de lui passer la bouteille de whisky qui se trouve sur une étagère, celui-ci obtempère. Alors le père s'asperge de la boisson et y met le feu avec un briquet.

Je vous met au défi de vous transformer en torche vivante (expression employée par l'auteur) par cette méthode. Pour s'enflammer le whisky a besoin d'être chauffé, puis ensuite il s'enflamme, mais pas longtemps (j'ai déjà flambé des écrevisses au whisky) au pire vous vous en tirerez avec quelques brulures superficielles. Ce n'est heureusement pas de l'essence.

Bref, le fils épouvanté regarde son père bruler comme "une torche vivante"

J'ai relevé dans ce roman d'une mièvrerie consternante des expressions désuètes, que je n'imaginais pas que l'on pusse encoreLe cri de Munch employer dans un polar moderne : Il (le reporter) avançait "à pas de velours" ....C'est charmant.

Rassurer-vous tout ce termine bien : L'enquêtrice norvégienne et le reporter pleurnichard se retrouve et l'on sent se dessiner, sur fond d'aurore boréale, une torride histoire d'amour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE CRI de MUNCH

   

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 14:24

23 novembre 2016

Voilà ce que j'écrivais dans mes histoires extraordinaires le 7 juin 2011 :

Ce mot barbare, tombé en désuétude, pourrait cependant revenir dans l'air des temps que nous vivons. Il s'agit d'une dérive inquiétante de la démocratie quand le vulgaire, l'ignorance ou la stupidité prennent le pas sur la raison, la réflexion et l'intelligence. Or les sondages d'opinion instantanés sont devenus les baromètres de l'action des dirigeants.

Que ce courant politique surfant sur la misère, l'ignorance, la crédulité recueille l'adhésion d'une partie d'une population sans espoir et prête aux expédients les plus radicaux et nos édiles s'engouffrent sur la voie royale de la démagogie, laquelle est l'essence même de l'ochlocratie.

L'endoctrinement des faibles par des arguments primaires et pernicieux, exonérant la responsabilité de l'un en la rejetant sur l'autre, l'étranger, est l'artifice employé par tous les imposteurs pour rallier à eux les désespérés.

Ainsi le fossé se creuse sciemment entre élites, ayant accès à une éducation de qualité, aux évènements culturels, arts, cinéma, théâtre et le peuple en proie aux difficultés matériels, à une éducation défaillante, n'ayant pour seule attraction que les programmes racoleurs d'une télévision sous la tutelle du pouvoir.

Maintenir sciemment les pauvres dans un état de malléabilité, par l'habitat, la ghettoïsation des classes les plus défavorisées, une éducation minimale, une insécurité endémique aux limites du supportable, conforte le moment venu le pouvoir des élites qui sauront en tirer parti soit par des démonstrations de force spectaculaires soit par des promesses sans lendemain.

Serais-je devenu par je ne sais quel mystère un confrère du devin Calchas. Qui sacrifier pour faire avancer une démocratie en panne ?

Quelle est la signification de ces propos sibyllins....A vous de me le dire et recevoir un petit cadeau.

 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 14:59

mardi 22 novembre.

Dessin de l'excellente KAM, franco-camerounaise, qui ironise sur la sortie (par la petite porte) de Myrmidon 1er Lors de ce fameux discours de Dakar, qui lui valut l'inimitié d'un bon nombre d'africains. Il déclarait "L'homme africain n'est pas entré dans l'histoire"

 

 

 

.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 23:52

Lundi 7 novembre,

C'est une expression qui m'est venue à l'esprit quand, par le plus grand des hasards (juré) je suis tombé sur une scène de télé réalité, dont quelques esprits diaboliques abreuvent le vulgum pécus afin de divertir leur soirée plutôt que les voir se livrer à quelque lecture d'œuvres tendancieuses qui pourraient les inciter à réfléchir et par la même mettre en cause le traitement hypnotique que ces morticoles leur inoculent soir après soir.

Il s'agit d'une scène banale, elle se passe dans un salon où deux personnes âgée parlent d'un programme qu'ils viennent de voir. La femme se tourne vers son mari et lui demande, interloquée, si ce qu'ils ont vu ou entendu est vrai. Et le mari de répondre, outré, "s'ils le disent à la télé c'est forcément vrai"

Je suis resté quelques instants stupéfait par cette réponse spontanée d'une naïveté désarmante au point que je crus un moment que cette répartie était empreinte de malice et que ce brave homme se moquait de la crédulité de son épouse. Il n'en était rien. Elle le considéra un bref instant, désarmée, et tourna la tête vers l'écran du téléviseur.

Alors pourquoi cette métaphore "A rebrousse-poil" : Parce qu'il ne faut jamais prendre pour "argent comptant" ce que vous voyez ou entendez et sans cesse remettre en cause l'apparente vérité même si elle semble évidente.

Les individus qui font l'opinion sont bien souvent manipulés ou bien encore plus crédules que ceux qui boivent leurs paroles. Ils ont une fâcheuse tendance à caresser, les bêtes qu'ils pensent que nous sommes dans le sens du poil. D'où le titre de cet article.      

       

Une charretée de journalistes derrière le futur président sur son beau cheval blanc

Une charretée de journalistes derrière le futur président sur son beau cheval blanc

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 10:01

Jeudi 27 octobre 2016

C'est entré dans la routine télévisuelle, et le téléspectateur apprécie ces talk show dans lesquels des journalistes réunis autour d'une table devisent sur le passé, le présent et l'avenir de notre  beau royaume. 

Ces experts de l'analyse politique ne polémiquent pas entre eux, qu'ils viennent de l'Obs ou du Figaro. Ils dépècent les querelles de clocher et bâtissent des scénarios à partir de phrases plus ou moins sibyllines. Des sujets comme le prix du pain au chocolat et des chouquettes sont traités avec toute l'attention qu'ils méritent.  

L'important est de captiver l'attention du spectateur moyen pendant l'heure de l'émission, car plus long il décrocherait. D'ailleurs ce spectateur a droit a sa petite récompense, un peu comme le dauphin a droit à sa sardine quand il a réussi sa pirouette, il peut participer à l'émission en envoyant sa question. Mais attention, pas n'importe quelle question elle doit être consensuelle et ne pas participer à la guerre picrocholine à laquelle se livrent les politiques.

D'ailleurs l'on évite les sujets brûlants, les prises de position radicales, il faut rester le plus neutre possible. Pas question de prendre parti. Ainsi la révolte des policiers, censés faire respecter la sécurité et la tranquillité de la population a fait l'objet d'un consensus bouleversant.

Oubliées les violences policières et les estropiés.

 Passé sous silence le rassemblement policiers devant la statue de la Sainte Jeanne, là même où la clique Le Pen vient faire ses dévotions chaque 1er mai. Ni voyez aucun mal, c'est juste une coïncidence.

Mutisme sur les manifestations devant les tribunaux où quelques crânes rasés crachent sur la Justice, pilier de notre Démocratie.

Surdité quand un sondage indique qu'un policier sur deux est proche du parti de la fille du borgne. Parti, je le rappelle, xénophobe.

Amnésie quant aux scores élevés (plus de 50%) réalisés par le parti de la haine dans les bureaux de vote proches des casernes de gendarmes.

A force de fermer les yeux ce beau Royaume pourrait  devenir une sinistre dictature. La bête tisse sa toile.

Il n'y a pas si longtemps, un petit homme hystérique profitant de la crise qui régnait dans son pays.......... 

 

     

Partager cet article
Repost0