Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2021 6 13 /02 /février /2021 00:01

Le Samedi 13 février 2021

Les arnaques des maisons d'éditions

Comme moi, vous vous êtes laissé tenté par un roman ceint d'un bandeau aguicheur comme celui de la photo prise dans ma bibliothèque. Il s'agit d'un thriller édité par les escales noires, maison d'éditions réputée sérieuse du groupe EDITIS (Bolloré)

Après la lecture de deux excellents romans d'Amin Maalouf je jetai mon dévolu sur ce thriller d'une auteure inconnue. Pourquoi pas.

Dès les premières pages je flairais l'arnaque, en effet une victime tombe dans le panneau connu de tous les cinéphiles et lecteurs de polar : L'on n'arrête jamais son véhicule en rase campagne quand un motard est allongé en travers de la route. Il y a de grande chance lorsque vous vous approchez pour lui porter secours que vous preniez soit une balle, soit un mauvais coup du présumé accidenté. Classique et éculé. 

Bien entendu la femme charitable qui conduisait le véhicule reçoit deux décharges de fusil en pleine poitrine et le motard part au volant de la superbe Audi sport. Je pense à ce moment que l'auteure M.J. Arlidje forte de ce million d'exemplaires qui a conquis les lecteurs français va se reprendre. Il en est rien, c'est mauvais voire très mauvais, et je craque page 63 quand l'auteur ose employer l'oxymore que même le plus mauvais des journalistes à rayé de son vocabulaire : " Un silence assourdissant" quelques lignes plus loin :  " Isla poussa un hurlement sonore" Un hurlement peut être strident, aigu, acéré, déchirant... il est toujours sonore à moins que nous ne tombions dans l'oxymore le plus improbable : silencieux !

J'adresse donc mes critiques (virulentes) à la maison d'éditions dont la réponse anonyme est ci-dessous.

 Cher Monsieur,

Nous vous remercions pour votre message. Nous sommes bien sûr désolés que vous n’ayez pas aimé A la folie pas du tout mais nous comprenons que notre production ne puisse pas plaire à tous les lecteurs.

Si vous vérifiez les ventes de MJ Arlidge, vous verrez qu’en effet un million d’exemplaires de son œuvre ont étés vendus tous formats confondus en France.

Bien à vous,

Les Escales

Hors je reçois toutes les semaines les donnée EDISTAT je n'ai jamais remarqué le nom de cette auteure parmi les cent meilleures ventes de la semaine.

Il faut savoir que pour une maison d'éditions qui a acheté les droits d'un auteur inconnu, qui plus est étranger, pour une bouchée de pain peut se révéler extrêmement lucratif si l'œuvre connaît un franc succès. Qu'importe la qualité pourvu qu'on ait la richesse ! (moyen)

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2021 5 29 /01 /janvier /2021 14:52

29 janvier 2021

Ecrire tout le bien que je pense d'un roman, contrairement à ce qu'insinuent quelques individus médisants, me ravit. Je n'aurais que des éloges pour ce roman épique, autobiographie imaginaire, mais dont les évènements sont tragiquement réels.

Après avoir été chassé de Grenade avec sa famille durant l'inquisition par le fanatique Torquémada en 1518, le Maghrébin Hassan al-Wazzan est enlevé par des pirates siciliens qui l'offre en cadeau au Pape Léon X. Il deviendra le géographe du Pape qui l'adoptera et prendra le nom de Jean-Léon de Médicis dit Léon l'Africain. Car ce Pape est un Médicis, protecteur des arts et des lettres...mais dont la foi catholique est plutôt sujette à caution.

L'on suivra avec passion l'itinéraire extraordinaire de ce personnage hors du commun de Grenade à Fès, de Tombouctou au Caire durant sa prise par les Ottomans, puis à Rome aux plus belles heures de la Renaissance, jusqu'à la mise à sac de la ville par les mercenaires de Charles Quint...

Si, après ces quelques lignes, censées vous faire saliver, vous ne vous précipitez pas chez votre libraire, je reprends ma plume trempée dans le vinaigre lors de ma prochaine critique et serais impitoyable.

J'admets que cet excellent roman offre quelques similitudes homériques, bien que se déroulant à quelques siècles d'écart, avec "L'enfer était au bout du voyage" d'un certain Eric Delval.   

 

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2021 5 08 /01 /janvier /2021 11:35

Vendredi 8 janvier 2021 

Les Ministres de Trump avaient pour habitude de se moquer des Présidents africains qui s'accrochaient désespérément à leur poste, leurs privilèges.

Peu d'entre eux ne sont allés aussi loin dans la démagogie que ce personnage inclassable. Déjà lors de son élection surprise (merci Poutine) j'entrevoyais un mandat hors normes. J'étais en dessous de la réalité. Démagogue, menteur, tricheur, vulgaire, raciste, homophobe, inculte... sont les qualificatifs qui l'ont  accompagné  pendant la durée de son mandat, mais personne ne pensait à séditieux. Qu'il lancerait une horde de vauriens à l'assaut du Capitole. Impensable.

Que cela serve de leçon à nos fragiles démocraties. Quelques apprentis en démagogie guettent à l'orée de nos institutions. Ils ont ravalé la façade de leur immeuble, modifié le nom de leur rassemblement, lancé quelques émeutiers peints en jaune en avant-garde. Pour voir. Ils ont maintenu, contre vents et marées, leur soutien à ce triste clown jusqu'à ce qu'il commette l'irréparable : Couvrir de ridicule et de honte le pays qu'il était censé diriger. 

Citation de circonstance : Conquérir la démocratie est le combat d'un moment, la préserver est le combat de chaque instant.

En règle générale je suis assez satisfait du titre de mes articles, et quelle n'a pas été ma surprise de lire un article sur "Le point" intitulé : Le baroud du déshonneur.

Article signé d'un certain François Guillaume Lorrain qui ne m'a pas remercié. Quel ingrat ! Peut-être la honte !

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2020 3 30 /12 /décembre /2020 14:55

 

30 décembre 2020

Augustin Trapenard

Vincent Bolloré, dont j'ai déjà parlé lors de mon article du 16 novembre 2018, patron de Canal +, poursuit la purge, façon Erdogan, entamée depuis quelques mois sur la chaîne cryptée. 

Cette fois, après l'humoriste Sébastien Thoen qui avait eu l'outrecuidance de critiquer une émission de Cnews (groupe Canal) Stéphane Guy journaliste sportif qui s'était ému du sort de l'humoriste, voici qu'il pousse l'excellent Augustin Trapenard vers la sortie. Le chroniqueur du Cercle et de l'émission littéraire 21cm ne serait pas "Corporate" entendez par là qu'il n'userait pas de la flagornerie d'usage sur la chaîne.   

Michel Denisot ex DG de la chaîne, a eu ces mots pour relater l'éviction de l'intellectuel : " En arrivant sur la chaîne il a apporté la lumière, il part avec en la quittant"  

Comme je l'indiquais au mois de Novembre 2018, Bolloré est, entre autres, le patron d'Editis regroupant des maisons d'éditions prestigieuses telles que : Plon, Belfond, Presses de la cité, Le Cherche Midi, Julliard, Nil...et cetera 

Mesdames, messieurs les auteurs nous attendons vos réactions, lesquelles, cela ne fait aucun doute ne peuvent être que virulentes... Au nom de la liberté d'expression.

N.B. Je profite de cet article pour relater ce qui m'a fait hurler de rire lors de la manifestation pour la liberté d'expression à Paris. : L'on pouvait voir au premier rang Monsieur Philippe Martinez patron de la CGT une des organisations la plus opaque de France.

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 14:29

Le 9 décembre 2020

Un arbitre de la rencontre de football PSG contre Basaksehir (Istanbul) a traité un membre du staff de l'équipe stambouliote de négro. Scandale, interruption du match, l'Europe du foot est en émoi. 

Il faut savoir que ce club turc est considéré comme le club du Président Erdogan.

Evidemment tout insulte se rapportant à la couleur de peau est condamnable. Mais que le Ministre des affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, dont vous apercevez le doux visage ci-contre, hurle : "C'est un crime contre l'humanité" il y a matière à pleurer. Aux cours de différents articles j'ai eu l'occasion de dénoncer la dictature du régime Erdogan : Détentions arbitraires d'intellectuels, licenciements de fonctionnaires, répression implacable des Kurdes. Viols systématiques des femmes kurdes combattantes par les soldats de l'armée turque le long de la frontière avec la Syrie... 

L'hypocrisie du régime turc n'a pas de limite et ma pensée va à ceux qui végètent en prison non pas parce qu'ils sont noirs mais parce qu'ils ont l'audace d'être en désaccord avec le régime. Rappelons que l'auteure Asly Erdogan (Acte Sud) ci-dessous, a dû fuir son pays pour échapper aux geôles turques dont chacun connaît l'hospitalité.  

ASLY

 

Dernier roman paru en 2020 chez Actes Sud :

Requiem pour une ville perdue.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2020 6 28 /11 /novembre /2020 11:01

Le 28 novembre 2020

Prologue :

Second d’un navire marchand Yves Perec rencontre Kadidja lors d’une escale à Tanger. Il tombe sous le charme de cette femme, cadre d’une entreprise marocaine, d’une beauté exceptionnelle dont l’attitude restera, tout au long du roman, ambiguë. Fervente pratiquante des préceptes du Coran elle accomplit scrupuleusement les cinq prières quotidiennes.

Yves Pérec se converti à l’Islam, se marie, et part en compagnie de son épouse en Mauritanie pour s'instruire dans une école coranique. Ils vivent dans des conditions de pauvreté extrêmes sans que cela n’entame une union parfaite. Il rencontre fortuitement, le croit-il, lors de ce séjour Oumar Ould Hamaha, avec lequel il se lie d’amitié. Hamada est le lieutenant de Moktar Belmoktar un des principaux chefs de la rébellion au Mali.

Les évènements s’enchaînent rapidement. Avec l’assentiment de sa femme enceinte, il part assister à un rassemblement de moudjahidines dans l’Adrar des Iforas. Il  est présenté aux principaux responsables des mouvements islamistes et notamment à Belmoktar, qui ne montre  que du dédain pour lui.

Il sera recruté par les jihadistes pour ses connaissances en informatique et communications satellitaires, envoyé à Bourem, un petit village du Mali près du fleuve, où il résidera dans l’attente des instructions du lieutenant de Belmoktar et l’arrivée de sa femme qui a accouché de jumeaux…

Ce roman repose sur l’ambiguïté de l’attitude d’Yves Pérec. Ce récit reflète la réalité des évènements tels qu'ils se sont passés. Les principaux faits d’arme sont exacts, notamment l’exfiltration des chefs jihadistes que je tiens de témoins présents sur place.

A ce jour Belmoktar court toujours...

N.B. J'ai lu il y a quelques temps un roman intitulé "Mort pour la Françafrique" publié chez Stock écrit par trois auteurs dont je tairais les noms. Je n'avais jamais rien lu d'aussi absurde sur les évènements qui ont suivi la chute de Mouammar Kadhafi. Il y a des auteurs heureux, publiés, même si c'est abracadabrantesque !  

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2020 5 20 /11 /novembre /2020 12:17

vendredi 20 novembre 2020

IMPACT publié chez Michel LAFON

ALERTE... Amoncellement de stupidités, niaiseries, inepties...Roman pour écologistes attardés (Il y en a)

Comme j'essaie de ne pas être vulgaire, je me contiens mais ce n'est pas l'envie qui me manque.

Arrivé à la page 172 je suis sidéré par cette accumulation d'âneries et mets fin à mes souffrances, et passe à Paulo COELLO. Rien à voir.

Résumé du début de ce roman grotesque : Un militaire rentré d'une mission en Afrique assiste à l'accouchement de sa femme. Le bébé meurt dès les premières minutes. En cause la pollution qui aurait "collé" les poumons du nourrisson. Renseignement pris il aurait fallu que la mère soit soumise à un taux de pollution 100 fois plus élevé qu'à Pékin durant toute sa grossesse pour que cela se produise. Or elle vit à Paris. 

Le militaire pour se venger de cette injustice crée un mouvement intitulé GreenWar en référence à Greenpeace (déjà là c'est limite niaiserie) L'emblème de GreenWar est un panda dont le visage est balafré d'une coulée de sang. C'est gentil un panda...

Il enlève le patron de Total qu'il juge responsable de la mort de sa fille et l'enferme dans une cage de verre reliée par un tuyau à un échappement de voiture et réclame 25 milliards de rançon à Total. Rançon qu'il a l'intention de rembourser si Total renonce à polluer la planète. Le conseil d'administration refuse de payer. Le PDG meurt devant des milliers de spectateurs incrédules...

Qu'à cela ne tienne, après l'échec de sa première tentative et fort du soutien populaire, du moins ceux des réseaux sociaux, le militaire kidnappe la directrice financière de la Société Générale (mauvaise pioche car la banque est en fâcheuse situation financière) Il réclame cette fois 10 milliards d'Euros qu'il remboursera, évidemment, si la S.G. abandonne le financement de l'exploitation des énergies fossiles. Il traine sa prisonnière dans une base abandonnée de l'OTAN sur la côte normande. L'issu de ce kidnapping ne fait aucun doute.

Entre deux assassinats l'auteur nous narre quelques effets des dérèglements climatiques. J'ai retenu une histoire savoureuse (le mot n'est pas anodin) chassés par la fonte des neige en Antarctique  les ours polaires investissent les habitations et se régalent de chair humaine (faute de phoques)....Délirant.

J'en resterai là en souhaitant que ce bouquin ne tombe pas entre les mains de décérébrés qui pourraient, à la lecture de ce nanar, se prendre pour des justiciers écologiques et passer à l'action.   

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2020 2 10 /11 /novembre /2020 15:32

Mardi 10 novembre 2020

Un des romans qui m'a le plus passionné cette année. Irène Frain, que je ne connaissais pas, je l'avoue, est une excellente auteure.

L'histoire est désarmante de banalité de nos jours. Une vielle dame est sauvagement assassinée dans sa maison, où elle vit seule. La maison se trouve dans une impasse d'une zone pavillonnaire  de banlieue, comme il en existe tant, coincée entre  une multitude d'hangars à marchandises tous plus bariolés les uns que les autres et une citée dite "sensible"

Comme l'indique le titre, pour la police il s'agit d'un crime de plus, sauf que la sœur de la vielle dame est une écrivaine reconnue. Celle-ci n'a été prévenu du meurtre par la famille que le jour de l'enterrement  et entend bien faire  bouger les choses afin que l'assassin soit arrêté. Sauf que le mur de l'indifférence va ruiner tous ses efforts.

Quatorze mois après les faits le brigadier en charge de l'enquête n'a toujours pas délivré son rapport. Maladie, convalescence, congés...Les raisons invoquées sont dérisoirement futiles. La nomination d'un juge d'instruction ne peut intervenir qu'à la remise du fameux rapport qui reste inexorablement dans les tiroirs du policier. Impéritie, obstruction délibérée... 

Incidemment, l'on apprend que la bijouterie de la zone commerciale a été attaquée peu avant le meurtre et que les bandits, pourchassés par la police, se sont cachés dans le jardin de la maison de la vieille dame avant de s'évaporer dans la nature...

A lire absolument.

 

 

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2020 5 30 /10 /octobre /2020 10:57

Vendredi 30 octobre 2020

 

 

 

 

 L’HORREUR CELA POURRAIT ETRE AUSSI ÇA

TRUMP VAINQUEUR

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2020 3 14 /10 /octobre /2020 09:29

Le mercredi 14 octobre,

Cette fois le lecteur en a pour son argent (17,90 €) quant à la quantité de pages (170) le précédent (La soif) qui n'a pas convaincu  les jurés du Goncourt n'en comptait que 150 c'est tout de même un léger mieux. Ne soyons pas mesquin. La qualité vaut mieux que la quantité. N'est ce pas monsieur Lévy ?  

Je ne vous ai pas commenté La soif car je ne crois pas en l'existence de celui que l'on appelle Jésus. Mon jugement aurait été partial et comme vous connaissez mon intégrité, je me suis abstenu. Sans rire.

Les aérostats : Comme tout à chacun j'ai été surpris par ce titre, est ce que pris d'une passion soudaine pour les objets volants notre Amélie nationale allait nous gratifier d'un opus sur les aéronefs. Non, il s'agit évidemment des auteurs qui nous ont transporté, élevé l'esprit comme les  aérostats élèvent nos corps. 

Et quels sont ces maîtres, ces génies qui nous transportent vers des horizons oniriques ? Madame de Lafayette et Radiguet ! Rien que le nom... Bien sûr il est question d'Homère, mais tout de même Radiguet et son Bal du comte d'Orgel !

Prenons le bouquin par le début : une jeune étudiante est chargée par le père d'un jeune garçon d'intéresser celui-ci à la littérature et par extension à la vie. Il faut préciser que le père est très riche, d'une richesse suspecte et que le gamin âgé de seize ans est comme tous les gosses de riches blasé, désabusé et déteste son père.

La jeune étudiante prend ce travail à cœur, déniaise petit à petit le garçon dont l'intérêt pour la littérature va grandissant. Il reprend goût à la vie et tombe évidemment amoureux de la jeune étudiante qui ne répond pas à ses avances d'autant que le père, de son bureau, les espionne.

Après l'Iliade et l'Odyssée, la jeune fille entreprend de convaincre son jeune élève à lire Le rouge et le noir, passe encore, puis La princesse de Clèves et pour finir Le (fameux) bal du comte d'Orgel de Radiguet. Quand les Aérostats se transforment en monte-charges. Alors que notre littérature compte des centaines de génies, pourquoi ces auteurs de romances surannées.

Je ne vous révèlerai pas le dénouement plutôt surprenant du roman. A vous de voir !

 

   

  

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Histoires extraordinaires
  • : chronique satirique du peuple du royaume de France.
  • Contact

Recherche

Liens