Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2020 5 14 /02 /février /2020 10:57

Le 14 février jour de la Saint-Valentin une bombe médiatique explose dans les rédactions des sites d'infos en continu : Le candidat à la mairie de Paris, qui plus est, le représentant du parti au pouvoir, renonce car il apparaîtrait sur les réseaux dits sociaux dans une vidéo qualifiée de sexuelle par les folliculaires.

BFM EST DANS TOUS CES ETATS : C'est trop beau, les chroniqueurs vedettes  sont réunis autour de la table, tels des vautours autour d'un cadavre, le chef d'orchestre s'agite dans tous les sens, il n'est pas question de cautionner la méthode, mais la condamner tout en parlant du scandale et dévoilant petit à petit les péripéties de ce qui apparaît comme une info miraculeuse au moment où le spectateur commençait à se lasser des gilets jaunes, des grèves et autres revendications plus ou moins farfelues.

C'est vrai que le cadavre pue, mais il faut bien faire son travail, décortiquer, charcuter, informer le People qui attend devant son écran, la bouche ouverte, la tartine dégoulinante de confiture à la main.

Il va le dire ce qu'il y a sur cette vidéo ou non ?  

Misrachi connaît son boulot, il sait tenir le public en haleine, remuer la boue, apaiser la soif du spectateur par petite touche comme lorsque l'on tire un rideau centimètre par centimètre pour dévoiler le croustillant de l'info, comme dans un peep-show, car enfin, on ne sait pas grand chose, ni même s'il ne s'agit pas d'une vidéo trafiquée par ce russe à la tête de bagnard que l'on dirait sorti d'un camp stalinien.

Les concurrents de l'impétrant s'unissent dans une chorale émouvante de soutient et dénoncent  les incursions intolérables des médias dans la vie privé des politiques. Dati en tête. 

 

       

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2020 1 13 /01 /janvier /2020 11:08

Le 13 janvier 2020,

A l'origine le Dakar, dont on peut douter de l'utilité, partait de Paris pour arriver à Dakar en traversant les étendues désertiques du Sahel et réconforter les populations déshéritées qui vivaient dans ces contrées hostiles. C'étaient les intentions louables de leurs créateurs Thierry Sabine et Daniel Balavoine. Ces intentions se manifestaient par l'ouverture d'école et la mise en place de pompes à eau. 

Le Dakar quitta l'Afrique pour l'Amérique du sud en raison de la guerre qui sévit dans la région du Sahel, Jusqu'à cette année 2020 où la course s'installe en Arabie Saoudite le Royaume dirigé par Mohamed Ben Salmane qui se démène comme un beau diable pour faire oublier le tragique épisode de l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi (ci-contre)

 

Outre l'assassinat politique, demeure une tradition dont tous les 

dictateurs rêvent : La décapitation par le sabre pour rester dans la couleur locale. Dans ce domaine le Royaume se distingue particulièrement : 187 mises à mort dont un enfant. Le bourreau n'a pas chômé en 2019 nous suivrons avec attention sa performance en 2020.

Pendant ce temps les motos, les autos, les camions tracent des sillons dans le sable, tandis que le soleil se couche embrasant les dunes qui se teintent d'un rouge sombre comme le sang.   

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2019 4 24 /10 /octobre /2019 10:52

 Havrin Khalaf, violée, lapidée avant d’être achevée, mérite beaucoup plus que quelques articles ici et là.

24 octobre 2019,

Chaque peuple a ses héros. Le peuple kurde que l'on assassine en silence ne compte plus les siens.

Le spectacle de la lâcheté devient notre quotidien.

Galerie des assassins : 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2019 1 02 /09 /septembre /2019 14:06
Un Côtes du Rhône en Syrie  : l’indécent tweet de Thierry Mariani et Nicolas Bay(porte parole de Marine Lepen Front National)

Un message pour le moins indécent alors que la Syrie demeure un pays en guerre. Le régime du président Bachar al-Assad et son allié russe ont ces derniers mois encore procédé à d’intenses bombardements, causant la mort de nombreux civils, dans la province d’Idleb notamment. Depuis le début du conflit, en 2011, rappelons que plus de 370.000 personnes sont mortes, et des millions de personnes ont été déplacées.


Quant à la ville de Sednaya, où la photo a été prise, située à 30 km au nord de Damas, elle est tristement célèbre pour abriter une prison dans laquelle le régime syrien est accusé d’avoir pendu « dans le secret le plus total » quelque 13.000 personnes entre 2011 et 2015. Selon Amnesty International, qui a publié en 2017 un rapport sur ce site, Sednaya est « la pire prison du régime actuel et la plus crainte »

L’ONG parlait même à son sujet d’« abattoir humain », accusant le gouvernement syrien d’y mener une « politique d’extermination » en torturant régulièrement les détenus et en les privant d’eau, de nourriture et de soins médicaux.

Bienvenue au Rassemblement des tortionnaires.

 
Partager cet article
Repost0
12 février 2019 2 12 /02 /février /2019 11:23

Le 12 février 2019

 

Il court, il court Edwy de plateau en plateau pour déclarer son amour aux "gilets jaunes" d'ailleurs il sort un livre sur ces nouveaux héros français qui bravent l'autorité. 

Qu'importe que l'on entende dans leurs rangs des "On est chez nous!" que l'on fasse "la quenelle" chère à Dieudonné, que l'on rosse les journalistes, que l'on vienne aux manifs avec des boules de pétanque dans la poche, que l'on retrouve sur le passage de leurs cortèges des tags antisémites. que l'on détruise ma ville !

Des minorités excuse-t-on çà et là et Madame Lemoine de pleurer sur leurs blessés que les médias exposent comme autant de trophées. Est-ce que ces minorités additionnées les unes aux autres ne font pas une majorité ? Pas chez les gilets jaunes, ils sont purs, voyez leurs leaders !  

Ils ont leurs supporteurs ces individus habillés de jaune, Erdogan, Orban, Trump, Poutine, Salvini, Di maïo et bien sûr La fille du tortionnaire : Marine Le Pen. Ils ne parlent qu'à des journalistes dont ils connaissent l'intégrité, l'éthique, ceux de Russia Today !  Bienvenue Monsieur Plenel.

Au sortir du rassemblement contre l'antisémitisme une dame âgée me dit : "Depuis le début se mouvement pue la haine."

Les manifestations sont toujours une providence pour les criminels. Leur violence tout à coup devient légitime, pourvu qu’ils se fondent dans la foule qui hurle et  miment par la parole ses revendications quelles qu’elles fussent. Alors permission leur est donnée par les instigateurs, restés dans l’ombre, de  donner libre court à leur pulsion d’accomplir toutes les infamies qu’ils ont toujours rêvées de perpétrer.

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2019 2 01 /01 /janvier /2019 14:23
JAÏR BOLSONARO

 L'année 2019 ne sera pas érotique...pour le Brésil.

Homophobe, xénophobe, misogyne, le nouveau Président brésilien bénéficiant de l'ambiance actuelle, peut compter sur l'hystérie populaire pour mener à bien un programme dont rêve tout dictateur.

Son discours d'investiture a été salué par l'un de ses nouveaux amis, Trump en personne, lequel sait choisir ses camarades.    

Le Brésil au-dessus de tout, Dieu au-dessus de tous », est « une référence assumée au :" Deutschland über alles" (Allemagne au-dessus de tous), l'hymne nazi ». (discours de Bolsonaro)

Bolsonaro s'invite à la liste inquiétante des dirigeants autocrates (C'est un euphémisme) tels que Netanyahu, Orban, Salvini, Erdogan, Poutine, Trump et leur champion incontesté, nouvel ami de Trump le très démocrate Kim jong UN lequel, rappelons le, a donné le frère de son père en pâture à des chiens affamés. Bachar al-Assad étant aujourd'hui hors concours, il a même effacé des tablettes de l'horreur Sadam Hussein.

Cet aréopage de personnalités risque fort de voir ses rangs gonflés par quelques impétrants impatients, dont le but est de détruire une Europe en proie à la sinistrose. Les Présidents russe et américain s'y emploient. Ainsi les Le Pen, Sébastian Kurz (Autriche) Geert Wilders (hollande) Kaczinski (Pologne) Siderov (Bulgarie) ... sont aux aguets. Les loups gris sont aux portes de l'Europe, ils hurlent à la mort de la démocratie.     

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2018 2 27 /11 /novembre /2018 15:51

Le mardi 27 novembre 2018

 

 

Bonnets rouges et gilets jaunes

La revanche

 

J’ai déjà écrit sur « l’arnaque » des bonnets rouges, et autres éleveurs de porcs qui engraissent leurs animaux  dans des conditions abominables.

Revenons à ces gilets jaunes.

Quelle est la genèse de ce mouvement ? Qui, un matin s’est réveillé en se disant je vais revêtir un gilet jaune, rameuter la population et bloquer le pays ?

Comment une centaine de milliers de personnes peut-elle créer un tel désordre au point que Donald Trump lui-même en soit informé et se gausse une nouvelle fois de notre Président ? Ou bien, je n’ose y croire, Trump serait derrière cette « chienlit » discrètement épaulé par la fille du borgne ?

Qui peut penser que ce mouvement est « spontané » et que ces braves gens (il y en a) crédules ne sont pas manipulés ?

 Le principe de la manipulation consiste à laisser croire au manipulé qu’il agit de son propre chef. Me reviens cet aphorisme d’Oscar Wilde : « Ceux qui tentent de mener le peuple ne peuvent le faire qu’en le suivant. »

J’ai vu ces malheureux policiers repousser quelques centaines de manifestants sur les Champs Elysées avec autant  de conviction que les avants de notre pauvre équipe de France de rugby. C’était pitoyable.

La nostalgie m’envahit alors au souvenir de notre combat sur la dernière barricade rue Gay-Lussac, en 68, les flics avaient été bien plus combatifs sinon….Cependant nous, nous nous battions pour la liberté d'expression, sexuelle, les droits des femmes, contre la guerre au Vietnam... pas pour quelques picaillons.

N.B. Cet article est évidemment à prendre au second degré.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 11:48

 

R. Erdogan reçu à l'Elysée par E.Macron pour la commémoration des 100 ans de l'Armistice.

 

 

Turquie : l’étau se resserre sur la fondation du mécène Osman Kavala

 

La purge des intellectuels ne connaît pas de limites en Turquie, où treize personnes – universitaires, journalistes, figures de la société civile – ont été placées en garde à vue, vendredi 16 novembre, à travers tout le pays (Mugla, Adana, Antalya, Istanbul). La fondation Anadolu Kültür (« culture Anatolie »), fondée et financée par l’homme d’affaires et mécène des arts Osman Kavala, est la cible de cette nouvelle vague d’épuration.

En détention provisoire depuis plus d’un an, M. Kavala n’a toujours pas été mis en examen, une dérive contre laquelle ses avocats se sont érigés publiquement en octobre, réclamant la libération de leur client. La riposte des autorités ne s’est pas fait attendre.

Arrêtés au petit matin à leur domicile, Betül Tanbay, professeur de mathématiques à la prestigieuse université du Bosphore, Turgut Tarhanli, doyen de la faculté de droit de l’université Bilgi, et onze autres personnes, ont été emmenés par la police pour être interrogés sur leurs liens avec la fondation de M. Kavala.

Promouvoir le dialogue et la réconciliation ?

La réalisatrice et productrice Çigdem Mater a été arrêtée à Kas, sur les bords de la Méditerranée, dans l’hôtel où elle séjournait à l’occasion d’un tournage. La police a également perquisitionné les locaux d’Anadolu Kültür, à Istanbul, arrêtant sa coordinatrice, Asena Günal, ainsi que Yigit Ekmekçi, son directeur adjoint, et Ali Hakan Altinay, membre du conseil d’administration.  

Treize universitaires, journalistes et figures de la société civile ont été arrêtés à Istanbul, accusés d’avoir contribué à organiser les manifestations anti-gouvernementales du parc Gezi, en 2013.

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2018 5 16 /11 /novembre /2018 17:02

 

Un censeur à la tête de maisons d'éditions prestigieuses

 

EDITIS c'est Une trentaine de maisons d'éditions dont quelques unes prestigieuses comme : Plon, Belfont, Presses de la Cité, Robert Laffont, Julliard, Cherche-Midi.... et quelques maisons touchant l'éducation comme Nathan, Bordas, Le Robert...

J'ai déjà écrit un article concernant les activités africaines de Bolloré et la SOCFIN (huile de palme) dont il est l'actionnaire principal. Rappelons qu'il a été mis en garde à vue en mars de cette année pour une affaire de corruption dans l'attribution de concessions portuaires en Afrique.

Ce cher Vincent Bolloré et son groupe sont aussi les auteurs de PROCÉDURES BAILLONS consistant à traîner devant les tribunaux tous ceux qui oseraient émettre des critiques envers "CE VINCENT TOUT PUISSANT" c'est le titre d'un livre écrit par deux journalistes édité par Lattès dont Michel Lafont est le patron. Les deux journalistes et Michel Lafont sont convoqués pour une mise en examen comme il est d'usage dans une procédure en diffamation.

UNE lettre ouverte a été publiée par une centaine de journalistes dans les principaux quotidiens français en janvier (sauf le Figaro dont la devise était "sans liberté de blâmer il n'y a pas d'éloges flatteurs")  condamnant "ces procédures baillons" (Voir ci-dessous)

Fort de sa fortune estimée à plus de 8 milliards d'Euros l'homme d'affaires qui vient de mettre la main sur une trentaine de maisons d'éditions et des milliers d'auteurs (qui ont du souci à ce faire) instrumentalise la justice pour bâillonner ceux qui s'opposent à lui par écrit ou l'image.      

Nous, collectifs, journalistes, médias, organisations non gouvernementales, apportons notre soutien aux journalistes et organisations qui comparaîtront les 25 et 26 janvier.

Ce jeudi 25 janvier s’ouvrira un procès contre trois journaux (Mediapart, L’Obs, Le Point) et deux ONG (Sherpa et ReAct), attaqués en diffamation par la holding luxembourgeoise Socfin et sa filiale camerounaise Socapalm, pour des articles relatant les mobilisations de villageois et d’agriculteurs ouest-africains voisins d’exploitations gérées par ces deux sociétés. Celles-ci sont fortement liées au groupe Bolloré, Vincent Bolloré lui-même siégeant au sein de leurs conseils d’administration.

Ce procès marque une nouvelle étape dans les poursuites judiciaires lancées par le groupe Bolloré et ses partenaires contre des médias, des organisations non gouvernementales ou des journalistes, qui ont évoqué les coulisses de ses activités économiques et commerciales en Afrique, ses liens avec la holding luxembourgeoise Socfin et les conséquences des acquisitions de terre à grande échelle.

Depuis 2009, pas moins d’une vingtaine de procédures en diffamation ont ainsi été lancées par Bolloré ou la Socfin en France et à l’étranger – pour contourner la loi de 1881 sur la liberté de la presse – contre des articles, des reportages audiovisuels, des rapports d’organisations non gouvernementales, et même un livre. France Inter, France Culture, France Info, France 2, Bastamag, Libération, Mediapart, L’Obs, Le Point, Rue 89, Greenpeace, React, Sherpa… Plus d’une quarantaine de journalistes, d’avocats, de photographes, de responsables d’ONG et de directeurs de médias, ont été visés par Bolloré et ses partenaires.

Au vu de leur ampleur, nous estimons que ces poursuites judiciaires s’apparentent à des «poursuites-bâillons». Ces procédures lancées par des grandes entreprises multinationales sont en train de devenir la norme. Apple, Areva, Vinci ou Véolia ont récemment attaqué en justice des organisations non gouvernementales ou des lanceurs d’alerte. En multipliant les procédures judiciaires dans des proportions inédites – quitte à les abandonner en cours de route –, le groupe Bolloré en a fait une mesure de rétorsion quasi-automatique dès lors que sont évoquées publiquement ses activités africaines. Ces attaques en justice contre les journalistes viennent s’ajouter à d’autres types d’entraves à la liberté de la presse dont est désormais coutumier le groupe Bolloré. En 2014, son agence de communication Havas avait par exemple supprimé 7 millions d’euros de publicité au journal Le Monde suite à une enquête sur ses activités en Côte d’Ivoire. Sans oublier la déprogrammation ou la censure de plusieurs documentaires que Canal+ (groupe Vivendi) devait diffuser.

Ces poursuites systématiques visent à faire pression, à fragiliser financièrement, à isoler tout journaliste, lanceur d’alerte ou organisation qui mettrait en lumière les activités et pratiques contestables de géants économiques comme le groupe Bolloré. Objectif : les dissuader d’enquêter et les réduire au silence, pour que le «secret des affaires», quand celles-ci ont des conséquences potentiellement néfastes, demeure bien gardé. C’est l’intérêt général et la liberté d’expression qui sont ainsi directement attaqués. Les communautés locales, les journalistes, les associations, les avocats, ou les lanceurs d’alerte : tous les maillons de la chaîne des défenseurs de droits sont visés par ces poursuites.

Nous, collectifs, journalistes, médias, organisations non gouvernementales, apportons notre soutien aux journalistes et organisations qui comparaîtront les 25 et 26 janvier, et à tous les acteurs poursuivis dans le cadre de ces poursuites-bâillons. Des réformes devront être proposées en France pour imiter d’autres pays comme le Québec, ou certains États des Etats-Unis ou d’Australie, vers un renforcement de la liberté d’expression et une meilleure protection des victimes de ces poursuites baillons.

Informer n’est pas un délit ! On ne se taira pas !

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2018 4 08 /11 /novembre /2018 11:48

Jeudi 8 novembre 2018

Référendum Turc de 2017 en rouge le NON à ERDOGAN

 

Qui aurait l'idée saugrenue de comparer les résultats du référendum turc de 2017  qui enregistra la victoire sur le fil de ce que l'on nomme un "populiste" et les élections de mi-mandat qui viennent de se dérouler aux Etats-Unis.

Comme chacun le sait ou devrait le savoir le référendum turc est intervenu après le pseudo coup d'état du 15 juillet 2016, et la purge stalinienne qui en a résultée.

 

 

Regardez bien ces deux cartes : Une évidence apparaît : L'Amérique profonde ainsi que la Turquie intérieure

votent pour les "populistes" Erdogan et Trump. 

En Turquie les populations qui résident sur le pourtour du pays et sont en contact avec l'occident, les touristes,  votent massivement contre Erdogan. A l'intérieur où seule la télévision (au service de l'autocrate) touche les habitants, Erdogan l'emporte aisément. Dans certaines régions du centre de la Turquie les populations vivent dans des conditions de pauvreté qui n'est pas sans rappeler le moyen-âge.

Au sud-est, le vote Kurde dont la population est maltraitée par le régime, et au nord-est la région touristique d'Ankara le vote est hostile au Président, idem pour le Bosphore.    

Election à la chambre des représentants USA 2018

 

Pour les Etats-Unis, bien que le niveau de vie soit autrement supérieur à celui des Turcs, l'on assiste au même phénomène, le pourtour du pays vote en majorité démocrate, au centre les républicains l'emportent. Ce n'est pas faire injure au peuple américain de remarquer que les états où se concentrent les intellectuels à l'est, les gens du spectacle à l'ouest, sont en majorité démocrates. Nombre de célébrités ont pris position dans ce sens.

Est-ce à dire que les populations dites "évoluées" sont plus ouvertes à la démocratie, à l'ouverture au monde, et rejettent le repli sur soi prôné par Trump ?

Soyez certain que les "populistes" européens ont bien compris le phénomène, la vague migratoire leur ouvre une voie royale vers le pouvoir.


Les démocrates parlent au peuple, les populistes à la foule. E.D.

 

 

Partager cet article
Repost0