Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 15:46
melchior
Le 10 avril 2012,
 De la démocratie,
 
Comment expliquer l’abstention, l’indifférence, le renoncement à la participation à un moment capital de la vie d’une démocratie où chacun, une fois n’est pas coutume, à le droit de donner son avis, quel qu’il soit.
L’échantillon des impétrants est large, de la fille du borgne vociférant au byzantin qui prône le retour à l’écu. Ils sont dix à se surpasser pour attirer notre attention et du moins pour certains, à dépenser des fortunes, non pas d’imagination, mais d’espèces sonnantes et trébuchantes qu’ils piochent quelquefois dans les poches de vieilles dames indignes, pour nous séduire.
Pourtant d’après ce que les échotiers racontent un citoyen sur trois ne se rendrait pas dans l’isoloir, et toujours de la même source intarissable, ce serait les plus démunis, les laissés pour compte, les parias de la société qui resteraient chez eux cloitrés indifférents à l’appel sournois des prétendants au trône qui les oublieront dès le sceptre en main. Soit ! Mais dans ce spectre large de candidats que j’évoquais plus haut ne manque t-il pas justement les représentants de ces exclus du partage des biens de la société.
Au Sénégal s’est levé un homme Yousou Ndoure, qui avouait n’avoir aucune capacité à diriger un pays mais dont la voix a réveillé une population blasée et amené l’espoir. En Inde, une femme Meira Kumar, Intouchable, a été élue député et représente cette caste de parias au Parlement. Or dans notre royaume, aucun membre des communautés exclues ne s’est manifesté, personne dont le charisme eut été suffisamment fort pour bouleverser un scrutin dont l’issue ne laisse que peu de place à l’incertitude.
Ce peut-il que dans cette population abandonnée ne se lève un jour un Martin Luther King, un Gandhi, un Mandela, un Allende, un Marat….ou un Obama ?
 
Citation : Conquérir la démocratie est le combat d'un moment, la préserver est le combat de tous les instants. E.D.
 
 
 
  la michetonneuse
Vous vous demandez certainement que viennent faire ces jambes ensorcelantes sous ces articles d'une rare perspicacité ? Ce sont celles de la michetonneuse un des personnages de mon roman.
Mais qu'est-ce qu'une michetoneuse me demandez-vous ? Prostituée, femme légère, hétaïre, putain, courtisane....c'est selon le regard de chacun.
En vente : Fnac, cultura,Amazon, et votre libraire de quartier au prix de 15 Euros.
 
LE 6 mai 2012,
Jour de gloire, jour de victoire, mais aussi jour de tristesse car ce blog perd sa raison d'exister, son héros, son grand timonier, son thaumaturge, son Matamore, son Machiavel.....je ne vous citerai pas tous les noms dont je l'ai affublé durant ces cinq années de règne sans partage. Le Monarque du royaume de France a chuté, le peuple  est en liesse :
 
 
  6-mai.png
 La victoire
 
 FIN de l'histoire extraordinaire.
 
    Bientôt ces histoires extraordinaires chez votre libraire préféré.
 
  Le 23 octobre 2013
 
Les colères artificielles. 
 
L'on assiste ces temps-ci à toutes sortes de colères, de manifestations d'individus mécontents parce qu'ils se retrouvent sans enploi, ou bien parce qu'ils ne récoltent pas, disent-ils, le juste prix de leur travail. C'est le cas notamment des éléveurs et des agriculteurs.
Il y en a un  (agriculteur) justement qui squatte depuis deux ans les plateaux de télévision et pleure sur son sort, car dit-il ses poires et ses pommes ne se vendent pas, ou du moins ne se vendent pas au prix qu'il souhaiterait car les grandes surfaces lui imposent un prix en deçà du coût de production.
Qu'allait-il planter des poiriers et des pommiers ? Les fruits les plus communs du marché, qui arrivent du monde entier, Australie, Chili, Espagne.....Un marché hautement concurrentiel. A t-il procédé à une étude de marché au préalable ? Certainement pas.
Mais il y a plus aberrant. Ces gens, le monde paysan dans son ensemble, sont réputés pour soutenir les gouvernements dits libéraux, c'est à dire de droite. Or les exploiteurs de ce monde paysan sont, à les entendre, les grandes surfaces alimentaires dont les patrons sont les amis des politiciens.... de droite. Ainsi donc agriculteurs, éleveurs voteraient pour les amis de leurs bourreaux ! Curieux non.
Prenons le cas des éleveurs de porc bretons, porcs élevés en batterie, nourris de farine. Un produit de mauvaise qualité, qui se vend au prix de ce qu'il est. D'autant que l'élevage intensif de ces bêtes, nuisible à l'environnement,  ravage les plages bretonnes, lesquelles se couvrent d'algues vertes. Or, je suppose que tout le monde connaît le célèbre "Patta négra" C'est un porc élevé en Espagne, en liberté, et nourri exclusivement de glands. La viande est divine et le jambon à mourrir. Celui-ci se vend aux alentours de 45 Euros le kilo. Le porc breton moins de 5 euros (prix de vente moyen aux G.S.A.)
J'entendais récemment des éleveurs, lors d'une visite du Président dans le centre de la France vociférer : Le Pen, Le Pen. Alors que celui-ci venait leur annoncer que l'essentiel des aides de la PAC leur serait réservé. Situation plutôt curieuse, car l'on sait que le programme hautement économique (je plaisante) de la fille du borgne tend à sortir notre beau pays de l'Europe. Celle-ci n'a pas de mots assez durs contre l'Europe, Bruxelles... Or elle perçoit de cette organisation honnie 11 000 Euros par mois au titre de député....européen! Même rémunération pour son père dont l'absence dans l'émicycle est récurrente. Merci l'Europe.
Je reviendrais bien sur l'épisode de la piscine (payée par l'Europe ?) dans laquelle, l'euphorie de la victoire aidant, la fille du borgne plongea alors que celle-ci était vide, mais ne soyons pas trop cruel.  L'ivresse du pouvoir....par anticipation.
 
l'abattoir
   Scène d'abattoir
 
Le 25 octobre 2013
 
OCHLOCRATIE : du grec oklos foule et crate pouvoir. 
 
 L'on a tous entendu cette maxime : Nous disons tout haut ce que tout le monde pense tout bas .
Cet aphorisme, digne du café du commerce, est le leitmotiv des mouvements populistes qui foisonnent et prospèrent, en Europe, en ces temps de disette. Notre beaux pays n'est pas épargné par ce fléau, et une entreprise (qui ne connaît pas la crise) fait son beurre (comme le disait ma grand-mère) sur ce terreau fertile. Fertile car amender par la rancune, la bêtise, l'ignorance et tout ce qui peut alimenter les fantasmes de la populace.
Oscar wilde écrivait : Ceux qui tentent de mener le peuple ne peuvent le faire qu'en le suivant. Si cet énorme poête me le permettait, j'ajouterais : en l'exitant. Car il s'agit bien de cela, exiter la foule comme l'on exite une bête pour la rendre enragée. L'on sait où cela peut mener, comment des déments ont su fanatiser des masses jusqu'à la folie meurtrière, jusqu'à l'holocauste.
Une dernière citation éloquente : Le mensonge et la crédulité s'accouplent et engendrent l'opinion. Paul Valéry.
 
 
Le 28 octobre 2013.
 
Dégoût.
 
Trop c'est trop. Il y a un moment où il faut réagir, quitte à se faire lyncher.
En Italie, naguère celle de Mussolini, la ministre  de l'intégration, Cécile Kyenge, ophtalmologiste, lauréate de l'universite de médecine et de chirurgie du sacré coeur, mais qui a le tort d''être noire se fait traiter de guenon par un député de droite dans l'hémycicle.
En France, naguère celle de Pétain, une candidate d'extrème droite, Anne Sophie Leclere, pour ne pas la nommer, affiche sur sa page facebook une guenon à coté de la photo de la Ministre de la Justice (noire elle aussi)  dilplomée de sciences économiques, d'éthnologie et agroalimentaire,  professeur de sciences économiques (pas la guenon, surtout pas Anne Sophie Leclere, coiffeuse de son état, mais la Ministre)
Un curé afilié à CIVITAS (secte catholique intégriste) que l'on peut assimiler à l'opus Déi dont le fondateur Maria Escriva de Balaguer, canonisé  par Jean Paul II * le 6 octobre 2002, directeur de conscience de Franco, chantera devant les caméras de télévision : "Y a bon Banania, y a bon Taubira"
Une gamine de dix ans, lors d'une sortie  à Angers de la même Ministre (de la république rappelons-le)  jettera une peau de banane en direction de celle-ci en hurlant, devant des parents émus aux larmes : "Pour la guenon" On imagine ce que deviendra ce charmant bambin dans quelques années.
Racisme ordinaire, de gens très ordinaires et souvent incultes, orchestré par quel parti en sous-main, à qui profite cette débauche de haine ? Je vous laisse avec votre conscience.
   * Je vous engage à lire l'article du 21 décembre 2009 concernant ce brave Jean-Paul II. 
 Ku Klux Klan
 KKK (rien à voir avec l'article ci-dessus)
 
6 novembre 2013, 
 
Les paroles d'un sage,
 
Rassurez- vous il ne s'agit pas de moi mais de Cicéron. Ces paroles, donc, on ne peut que les approuver, car il semblerait que c'est à un sage de juger ce qui est sage. Mais la question est, est-ce que des gens ignorants et incultes peuvent en juger ?
Revenons à nos affaires de xénophobie, que je dénonce plus haut, car le sage dirait que la xénophobie, le racisme sont l'expression même de la stupidité et de l'ignorance. Malheureusement il y a des gens qui se range à l'avis d'une seule personne sans avoir pris connaissance de l'avis des autres et préfèrent se tromper et soutenir violemment l'opinion qu'on leur a inculquée, j'allais écrire imprimée, comme marquée au fer rouge, plutôt que s'informer sur la perspicacité de l'avis qu'ils ont entendu.
J'ai souvent dénoncé l'instinct grégaire du peuple, instinct exploité avec machiavélisme par les meneurs, fanatiques pour la plupart, dont les entreprises sont en pleine expansion car le réservoir des mécontents de tout poil et des ignorants déborde. Assister sans réagir à cette flambée d'intolérance serait suicidaire, de même que l'idée de l'utiliser à des fins de combines politiques, car un fléau laisse toujours des traces.
 
8 novembre 2013
 
De la précarité des religions.
 
De tous temps les hommes ont voulu se prosterner devant un ou des Dieux. Il est presque impossible d'en dénombrer le nombre. Il y a eu les Dieux égyptiens, les Dieux grecs, les Dieux indouistes ecetera, ecetera.... Mais ce qui m'a passionné ce sont les aléas de la naissance de ces religions, bien souvent fondées par des illuminés ou sur des fables.
Le christianisme : A quoi a tenu l'existence même de cette religion ? A la vision d'un empereur! C'est Contantin 1er (IVème siècle) qui favorisa l'essor du christianisme, dont les adeptes étaient jusqu'alors persécutés. Cet empereur "visionnaire" aperçu, peu avant une bataille décisive, le chrisme ensanglanté dans le ciel, sous lequel était inscrit en lettres de feu :" In hoc signo vinces" (Par ce signe tu vaincras)
Aussitôt il fit frapper sur les boucliers de ses soldats le signe en question et emporta la bataille. Il faut dire que ce brave Constantin avait auparavant eut une vision dans laquelle figurait Apollon et qu'il resta longtemps après l'apparition du chrisme un adepte du "Sol invictus" (soleil invaincu) que l'on peut qualifier sans risque de secte d'adorateurs du soleil.
Il faut savoir que dans ces temps troublés une autre religion avait les faveurs de la population : Le Mithraïsme, religion, en concurrence avec le christianisme, basée sur le culte du  taureau dont le sang se transformait en blé. Imaginez un instant que Constantin ait vu un taureau dans le ciel !
Toujours est-il que Constantin, qui n'était pas stupide, favorisa l'essor du christianime, s'érigea en empereur de cette religion, courant aux quatre coins de son immense royaume pour défendre les chrétiens opprimés. Les esprits chagrins, dont je fait partie, feront également remarquer  qu'il profitera de l'avènement du christianisme pour piller les temples paiens et accroître considérablement sa fortune.
Ainsi Constantin avait compris, il sera suivi par beaucoup d'autres tyrans et monarques, qu'il est bon pour assoir son autorité avoir Dieu (quel qu'il soit) à ses côtés.
 "Ce ne sont pas les Dieux qui ont créé les hommes mais l'inverse" E.D.
 
chrisme-2.png
 représentation du chrisme sur le bouclier
Lundi 18 novembre 2013,
 
Seul contre tous. 
 
Vous avez certainement vu sur les écrans de vos téléviseurs le visage poupin de ce jeune professeur d'histoire haranguer une bande d'excités, les visages déformés par la fureur, vociférer leurs messages de haine à l'encontre de l'actuel Président. Il a fallu un seul frêle et chétif jeune homme pour ridiculiser les fanatiques amassés sur le trottoir.
Aller à contre courant, ne pas se laisser entraîner par le flot des égouts comme un fêtu de paille, par les discours des illuminés de tout poil, lutter contre l'instinct grégaire. La réflexion, voilà ce qui nous différencie du mouton.
J'entendais il  y a peu quelques "échotiers" prétendre que cette vermine avait le droit de manifester, notamment l'apathique Aphatie (Le h n'est pas à la même place) celui qui s'ennorgueillit de posséder le numéro de portable d'un ex premier Vizir qui ambitionne de prendre la place du Matamore, lequel revenu de sa déception, désire reconquérir le coeur de sa Diva et son trône, ou l'inverse. Ces échotiers disais-je, aveuglés par je ne sais quel miroir aux alouettes, ou tout simplement amnésiques, écrivaient les mêmes sornettes concernant un parti appelé "Aube dorée" ce joli nom cachait en réalité une horde de loups prêts à dévorer la démocratie grecque.
Ce parti issu d'un groupuscule d'extrême droite, réussit en quelques années, surfant sur la vague de la crise et profitant du désarroi de la plèbe, à amener une dizaine de représentant à l'Eclésia (assemblée grecque) Dès lors, fort du soutien d'une partie du vulgum pécus, ils s'autorisèrent toutes les exactions que le monde avait déjà découvertes quelques années auparavant : Destruction des magasins des étrangers, manifestations avec le drapeau méandre noir sur fond rouge, chasse à l'homme, meurtres, infiltration de la police ecetera.....un bien joli programme, qui si nous n'y prenons pas garde peut se répéter dans notre beau pays, que la fille du borgne lorgne la bave aux lèvres. N'est-ce pas Monsieur Apathie! (Zut, j'ai mis le h à la mauvaise place.)
Les mots tuent plus sûrement que les balles d'un fusil, les balles se perdent, parfois, les mots non, ils trouvent toujours une oreille complaisante. E.D.
 
les-loups.png
Dessin du caricaturiste Willem ce jour dans Libération
 
 Le 1er décembre 2013
 
Une nouvelle histoire extraordinaire : Un mythe nommé De Gaulle.
 
Cela commence par la porte des enfers, car il faut bien un début à une histoire et surtout situer le personnage principal car jamais il n'y aura eu une telle désinformation concernant un acteur majeur de l'histoire de notre beau royaume. Or de nos jours personne n'ose émettre la moindre critique concernant le Grand Homme. Et pourtant, que de coups bas, que d'hypocrisie, que d'atteintes aux  principes de notre démocratie.
L'INA la porte des enfers.
Cela commence comme un conte. Il y avait dans l'enceinte de l'institut national de l'audiovisuel (INA) une pièce fermée à double tour où il était interdit de pénétrer depuis des années et des années. Personne ne savait ce qu'elle contenait. Un jour un jeune homme plus intrépide, plus curieux que les autres força la serrure de la porte. La pièce contenait des kilomètres de films, de reportages, d'émissions. Ces bobines se trouvaient là, non pas parce que les sujets en étaient licencieux, mais parce que ces films, ces reportages, ces émissions ne plaisaient pas au Grand Homme qui les avait confié à un personnage démoniaque, implacable de cruauté qui s'appelle CENSURE.
Pour comprendre dans quelles conditions ces films ont été précipités en enfer, il faut remonter dans le passé. Plus précisément à la présidence du général de Gaulle, au début des années 1960.
Souhaitant contrôler les journaux d'informations à la radio et à la télévision - "les voix de la France" -, le président de la République avait mis en place un système de censure que les journalistes avaient bien du mal à contourner . A la tête de ce système, on trouvait Alain Peyrefitte, ministre de l'information depuis 1962, chargé des basses œuvres audiovisuelles. Chaque matin, il réunissait dans son bureau les responsables de la radio et de la télévision, à qui il dictait le conducteur quotidien de leurs différents journaux. Ensuite, il les faisait surveiller par quelques fonctionnaires du service de liaison interministériel pour l'information (SLII), organisme interne de son ministère chargé, jusqu'en 1969, de contrôler la "bonne conduite" de la radio et de la télévision.
Rien n'échappait à ces hommes de l'ombre dont le zèle frôlait souvent l'abus de pouvoir, et surtout la bêtise. Ainsi, lorsqu'un reportage traitait d'un sujet politiquement sensible ou que des images ou des commentaires ne plaisaient pas, ceux-ci étaient immédiatement envoyé en « enfer »,
La suite est encore plus effroyable et Conchita Juanita Hernandez, le cerbère qui garde l'entrée de l'immeuble où je demeure, en est toute retournée, elle qui pourtant a subi le joug du régime franquiste.
cerbere.png
    Cerbère gardien des enfers
Un inventaire à la Prévert.
 
Mais que trouvait-on dans ce local ? Un peu de tout. Les censeurs faisaient preuve, à défaut d'ouverture d'esprit, de la flagornerie la plus affligeante.
Ainsi l'on trouvait entre autres, une séquence de la caméra invisible, une chanson de Bernard Lavilliers, un reportage sur la révolution à Cuba, un interview du peintre Salvador Dali, de François Truffaut qui s'élevait contre la fermeture de la cinémathèque de Chaillot (Malraux ex communiste, écrivain, était ministre de la culture). Des films, Mourrir d'aimer d'André Cayatte, le souffle au coeur de Louis Malle....des reportages. Tous les reportages relatant des manifestations de mécontentement du vulgum pecus étaient systématiquement censurés, ainsi la manifestation du 1er mai aux chantiers navals de St Nazaire en grève, mais plus grave les 19 morts de Charonne (8 février 1962) et la répression sanglante de la manifestation des algériens du 17 octobre 1961 (entre 100 et 200 morts) Le Préfet de police de Paris s'appelait Maurice Papon*, le général savait choisir ses collaborateurs  pour les sales besognes.
Jusqu'où allait la bêtise des censeurs: Une séquence du voyage en Italie du Grand Homme. Sa visite à Rome ! Pourquoi ? Parce qu'il se mouchait sur la place St Pierre ! Un Grand Homme ne se mouche pas, tout le monde sait cela!
*Condamné pour complicité de crime contre l'humanité pour avoir contribué à la déportation de juifs (dont des enfants) pendant la seconde guerre mondiale.
 
Le 5 décembre 2013. 
 
Crime d’état.
 
Il y a 44 ans, le 29 octobre 1965, j'étais confortablement installé à la terrasse du café de Flore, je ne me doutais pas que se déroulait sous mes yeux une tragédie, sur le trottoir d’en face, devant la brasserie Lipp. Cette tragédie, un demi siècle plus tard, me hante encore l'esprit.
Deux individus portant feutres et gabardines noires, identiques à celles de la gestapo, montraient une carte barrée de tricolore à un homme brun, d'allure sportive, et l'entraînait vers une traction noire elle aussi. L'on ne reverra plus jamais Mehdi Ben Barka.
Cet homme universellement connu, pourfendeur de l'injustice, défenseur acharné des pays du tiers monde, et pour son malheur opposant à sa Majesté Hassan II, ami de de Gaulle, disparaissait dans le pays des droits de l'homme, enlevé par des barbouzes du SAC et les services secrets français, acoquinés pour l'occasion.
Medhi Ben Barka sera séquestré dans une villa des Yvelines, torturé et exécuté dans des conditions effroyables par les services secrets marocains. Les barbouzes du S.A.C. faisaient les cent pas dans la cour de la villa. Pourtant aguerri à la torture, l'un d'eux, dénommé Bouchesèche, ça ne s'invente pas, avouera plus tard qu'il n'avait jamais entendu de tels hurlements de souffrance.
De Gaulle au cours d'une conférence de presse déclarera qu'il ne savait rien de cet acte barbare.
 
Le 18 décembre 2013
 
Intégration.
 
L'on a tous entendu parlé de ce rapport explosif, dit-on, sur l'intégration et aussitôt la déflagration a envahi les plateaux de télévision, de radio, les rubriques des échotiers et bien sûr les états majors politiques.
Ne peut-on aborder sereinement dans ce pays un sujet sans se heurter aux postures des uns et des autres. L'on a vu sur les écrans apparaître le fourbe de la république, le visage grave, planté devant le drapeau tricolore dans une attitude solennel, la larme au coin de l'oeil, stigmatiser ce rapport, accusant ses auteurs d'irresponsabilité. En première ligne de ses critiques le voile, la langue arabe que l'on allait inculquer de force à nos chères têtes blondes, et tous les clichés xénophobes ont été énumérés et martelés. Cela me rappelait la diatribe des mêmes obscurantistes annonçant, après la victoire de la gauche en 81, l'invasion des chars russes ou le remplacement de notre hymne par l'Internationale. Tant de stupidité fait honte. Même quelques échotiers éclairés comme ce Domenach ont poussé des cris d'orfraie.
Il s'agissait tout simplement de discuter et non pas d'imposer et d'envisager les mesures pouvant favoriser l'intégration de ces gens qui voyaient en notre pays, un pays de lumière et découvrent l'obscurantisme.
Lorsque notre regard passe au-delà de la Manche, l'on ne peut que s'interroger sur la capacité des britaniques, que nous somme toujours prompte à brocarder, à résoudre tous ces sujets dans la sérennité la plus totale : Le mariage pour tous : Adopté en 48 heures par la chambres des députés et des Lords. Les immigrés qu'ils soient indiens, pakistanais, syriens, chimois...s'intègrent sans drame, avec voile, sans voile, en djellaba ou sans, avec nikab ou sans, avec turban ou sans.....qu'importe. Est-ce que les anglais sont moins patriotes que nous monsieur Doménach ? Ont-ils sacrifié le thé, le porridge, le cricket, le rugby, leur God save the Queen ?
 
        Daumier.png
Honoré  Daumier caricature
     Le 4 janvier 2014,
 
Oserai-je vous souhaiter, hypocritement, une bonne et heureuse année sachant que celle-ci risque fort de ressembler à la précédente.....
 
Dévoré par une horde de chiens affamés ?
 
Ce serait le sort subi par l'oncle du débile mental qui terrorise la Corée du nord. Après avoir fait éxécuter son ancienne compagne et quelques uns de ses amis, parce qu'elle aurait posé nue pour quelques photos érotiques, le bon Kim Jong-un a envoyé le frère de son père ad patres pour une sombre affaire d'exportation de charbon. Comble de l'horreur il l'aurait jeté nu, lui et ses comparses, à une horde de chiens affamés et aurait assisté au carnage. Cette abomination apporte une nouvelle preuve, s'il en était besoin, de l'état mental du personnage. Démence, paranoïa, schizopphrénie paranoïde....toujours est-il que ce malade dirige un pays doté d'une armée puissante et de missiles susceptibles de ravager notre beau royaume. Pas très rassurant tout de même.
Pas très rassurant non plus mais moins alarmant, le retour de notre leader suprême, notre guide, lequel remis de sa terrible déconvenue, joue les "aguicheuses" et réclame que l'on batte le rappel un peu comme ces cabots qui disparaissent derrière le rideau rouge et reviennent encore et encore, jusqu'à ce que le public lassé quitte la salle. Et pour entendre quelques flatteries dont il ne peut se passer, le cabot attendra à la sortie des artistes que ce public qui l'admire tant, vienne se presser autour de lui et l'encence. Alors, l'oeil humide, l'air résigné de celui qui ne peut résister devant tant de ferveur, lui qui n'a rien fait pour ça, lancera quelques paroles sibyllines que les échotiers ne tarderont pas, dans la fébrilité que l'on devine, à déchiffrer pour ce bon peuple peu rancunier ou.... frappé d'amnésie.
 Matamore
    Le cabotin
    Le 8 janvier 2014
 
La Diva ayant chanté tout l'été.....
 
Qu'apprend t-on sur la gazette d'Otawa ? Notre Diva ne ferait pas recette ! Elle annulerait deux concerts parce que les billets ne trouvent pas preneur. Cent places vendues alors que la salle contient plus de mille spectateurs, que l'acoustique est irréprochable, qu'un interprète assurait la traduction par signes pour les sourds, mal entendants.... et les autres. Incompréhensible!
Il est vrai que son chauffeur de salle n'avait pu se déplacer et que la claque n'était pas assurée. D'habitude il jouait les rabatteurs un peu comme sur  les champs de foire, devant les attractions, et signait les autographes. Mais il fallait garder la gamine et les temps sont durs. Aucune conférence en vue, car elle se font, en principe, dans la langue de shakespeare, et l'anglais ce n'est pas son fort, le français non plus d'ailleurs, et puis raconter toujours les mêmes histoires ça fini par lasser l'auditoire d'autant que celui-ci est des plus restreints. Quelques dictateurs et banquiers africains, quelques monarques de la péninsule arabique et ça s'arrête là.
Il y aurait bien notre beau royaume, mais de là à sortir cent mille Euros, il ne faut tout de même pas pousser le bouchon trop loin, d'autant qu'il y a quelques mois c'était gratuit ! Alors devant tant d'ingratitude, l'hiver étant venu, la Diva ayant chanté tout l'été devant un parterre de flatteurs, lesquels comme chacun sait ne sont pas les payeurs, la famille se trouva fort dépourvue.
 
      la-cigale-et-la-fourmi.png

Le 16 janvier 2014 

Eloge de l'absurde ou dialogue avec ma concierge.

 

10 millions voire plus, de nos concitoyens se retrouvent  le samedi soir devant leurs écrans plasma géants pour assister à ces tournois des ères modernes  les télé-crochets. Pourquoi crochet ? Parce que dans ces émissions, qui ne datent pas d'hier, l'apprenti chanteur était sorti de scène par un crochet qui le soulevait dans les airs et le faisait disparaître en coulisses lorsqu'il chantait faux. Gageons que de nos jours ce stratagème d'élimination en enverrait plus d'un dans les cintres.

 

Conchita Juanita Hernandez, la gardienne de l'immeuble où je réside, pour ceux qui l'ignoreraient encore, est une fervente admiratrice de ces programmes, quand je parle de ferveur je suis très en dessous de la vérité, il faudrait plutôt parler d'hystérie. Il faut voir comme elle invective les membres du jury lorsqu'il ne sont pas en adéquation avec ses choix, siffle les concurrents qui n'ont pas ses faveurs, ou hurle après le présentateur si celui-ci émet la moindre critique sur son favori. L'immeuble pourrait s'écrouler, elle resterait plantée devant son écran.

 

Pourtant en toute honnêteté, il faut reconnaître la médiocrité de ces programmes, et même la vulgarité. Pour en revenir sur les origines de ces émissions, il n'y a que l'habillage qui a changé, les apprentis chanteurs sont toujours aussi mauvais, les carrières promises toujours aussi éphémères, il n' y a que le producteur et la chaîne qui peuvent se réjouir, l'un a encaissé quelques millions supplémentaires l'autre a vendu plus de coca cola et d'hamburgers. Et le téléspectateur ?  Il paye sa redevance et achète le coca et les hamburgers.

 

Lorsque j'interroge, le sourire goguenard au coin des lèvres, Conchita sur son programme favori  elle me dévisage avec ce regard furibond qui fait fuir tout démarcheur, même le plus intrépide. Son favori a encore été éliminé prématurément. Ce concours est truqué, les membres du jury son achetés....Tout y passe et généralement, pour en finir, je me ramasse la porte dans le nez tant elle est dépitée.

 

Devant sa télévision, sur la petite table basse, j'eus tout de même le temps de remarquer, caché sous "Mode et Travaux " le magazine préféré des concierges, pardon, des gardiens, un bout de la couverture du torchon qui a dévoilé "la liaison" et provoqué "le scandale" que dis-je l'apocalypse planétaire que l'on sait : Le Président a une maîtresse.  J'ai déjà évoqué mon aversion pour cette "presse" de caniveau, qui recueille ses informations dans les poubelles comme les rats vont y chercher leur nourriture et je plains ceux qui s'adonnent à la lecture de ces informations nauséabondes.

 

Le 11 mars 2014,

Le cas Sarkozy.

 Voilà un homme prit dans la nasse de plusieurs juges dans diverses affaires plus ou moins graves, (rappelons tout de même que l'attentat de Karachi a coûté la vie à quinze personnes) et plus son implication est démontrée plus il gagne en popularité. Le vulgum pécus de notre royaume adule les escrocs pour peu qu'ils restent dans les limites de la concussion. Tout comme son illustre prédécesseur l'art consiste à passer de coupable à victime et le tour est joué, la populace applaudit le tour de passe-passe.

Il faut donc s'attendre à assister au retour du perfide matamore avec encore plus de morgue que lors des cinq longues années qu'il a passées sur le trône. Pourquoi se gênerait-il puisque la plèbe lui pardonne ses excès, voire les encourage. Quel sentiment de puissance ressenti quand en toute impunité l'on peut s'essuyer les pieds sur la robe des Juges!

 

Le lundi 7 avril 2014,

 Haro sur le baudet,

C'est une expression que (presque tout le monde) emploie sans exactement en connaître l'origine. Et bien, cher lecteur, elle provient d'une fable de La Fontaine : Les animaux malades de la peste, dans laquelle un malheureux baudet est rendu responsable d'une faute alors qu'il est innocent. Il s'agit de crier HARO pour attirer l'attention du vulgum pecus sur un coupable désigné afin d'exprimer son indignation voire sa haine.

Car c'est bien là où je voulais vous amener. Cela fait quelques mois que je m'interroge sur les motivations d'un animateur de télévision appelé Ali Badou, pour ne pas le citer, mais vous connaissez ma témérité devant l'adversité, sauf bien sûr lorsqu'il s'agit d'affronter le cerbère qui garde mon immeuble .

Cet animateur, professeur de philo, à ses heures perdues, se fit connaître en devenant le compagnon de Mazarine, qui le bouta hors de son lit lorsqu'il entreprit de lui lire A l'ombre des jeunes filles en fleurs, elle qui justement ne demandait qu'à être déflorée. Fort marri de cette déconvenu, pour reprendre le vocabulaire de ce cher Marcel Proust, sans qu'il n'eût aucune prédisposition pour se métier, on le retrouve animateur d'émissions radiophoniques. Allez savoir où mène la couche d'une fille de Président, même cachée.

De fil en aiguille ou de piston en piston, comme vous l'entendez, il prend les  commandes d'une émission de Canal Plus intitulée la "Nouvelle Edition" où il succède à l'excellent Bruce Toussaint, parti planter ses chrysantèmes ailleurs. Pour cet homme ambitieux doté de relations solides, cette promotion n'est que le tremplin vers le graal : "Le Grand Journal" émission mythique pour laquelle il serait prêt à se damner, si ce n'était déjà fait. Patatras, c'est le bel Antoine qui emporte le morceau, quelle désilusion ! Pendant un temps, il envisage de se retirer dans quelque thébaïde afin de méditer sur cette amère défaite.

Ce qui caractérise cet apprenti animateur c'est tout d'abord sa gaucherie face à la caméra. On dirait une tête de hibou pris dans les phares d'une voiture, passé ce sentiment de malaise pour le téléspectateur lambda que je suis, l'on est confronté à son rire, similaire au ricanement de la hyène, rire qui se termine généralement par un grognement porcin, une ménagerie à lui seul ! Et puis viennent les hyperboles, les mots qui commencent par trois P ou trois C car il faut en rajouter constamment pour captiver la ménagère de plus ou moins cinquante ans. Faire du Sensationnel à tout prix, le BUZZ comme se plait à le dire ce prof. de philo.

Mais pourquoi faisais-je référence dans l'intitulé de cet article à cette expression sibylline "Haro sur le baudet" Parce que ce philosophe animateur ne cesse de s'en prendre à un homme, qui en a nul bessoin actuellement, cet homme vous l'avez deviné s'appelle Hollande et il préside à notre destinée (pour le moment). Un tel acharnement paraît suspect, quel ressentiment caché excite cet animateur philisophe au point que cela empeste  la haine.

C'est une question que je me suis posée à maintes reprises. Ce n'est pas que j'ai une affection particulière pour le Président actuel, mais je déteste l'hypocrisie. Est-ce qu'hurler avec les loups augmente l'audience ? ou bien est-ce plus personnel ? S'agit-il d'une vengeance en relation avec ses déboires amoureux passés ? Mystère.

La caricature, mon cher Ali, est un métier, quand on tombe dans l'outrance ce n'est que bassesse.

 

 

les-animaux-malades-de-la-peste.png

Les animaux malades de la peste

Le 9 mai 2014,

Le sommaire...le sommaire...hurlaient les chroniqueurs  à ce cher Ali Badou alors que l'émission (enregistrée) du 8 mai débutait. Car celui-ci dès les premières images paraissait tout excité. Il nous gratifiait de cette nouvelle mimique, maintes fois répétée devant le miroir, les dents supérieures mordant la lèvre inférieure, d'un érotisme à se pâââmer et a le don de mettre Juanita (ma gardienne) dans tous ses états.

Après quelques considérations sur l'ex-première dame, sans intérêt, n'y tenant plus il se tournait vers son acolyte, le très dévoué Domenach. Sautant comme un cabris sur sa chaise, la bave aux lèvres, il suppliait l'échotier de Marianne de révéler au grand public....... roulement de tambour, la combine (dixit) du  parti socialiste pour garder la majorité au Parlement. Il jubilait à l'avance, il avait trouvé à lui tout seul comment faire tomber l'homme qui hante ses esprits depuis des lustres. Envers lequel il n'y aura jamais d'armistice.

 Il joignait les mains et au bord du délire orgasmique répètait ad nauseam, brusquement atteint de psittacisme, les paroles qui coulaient comme du miel des lèvres de Domenach. (Or ce que narrait l'échotier n'était qu'une pratique banale utilisée par tous les partis afin de ne pas perdre un siège à l'assemblée).

Mais qu'importe, Ali, en pleine catharsis, rêvait du spectacle de la dissolution, de députés dépités (pardon) et tenait enfin entre ses mains la tête de l'être honni.

Fin de l'émission, retour à la réalité : Le Président dans son beau costume bleu marine descend les champs Elysées suivi par les chevaux rutilants de la Garde républicaine.

Et si Ali nous parlait des droits de l'homme au Maroc......lui si enclin à pourfendre les autocrates, lui dont les amis sont dans le sérail du monarque chérifien.

 

 

 

LA suite sur : HISTOIRES EXTRAORDINAIRES (6)

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires