Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2021 1 26 /04 /avril /2021 21:58

Le 26 novembre 2021

l'énigme de la chambre 622

Bernard de Fallois, est une énigme : agrégé de lettres, homme cultivé qui a fréquenté (littérairement) Joachim du Bellay, Marcel Jouhandeau, Prosper Mérimée, Paul Valéry, Marcel Proust... est l'éditeur et le pygmalion de Joël Dicker dont j'ai déjà dit beaucoup de mal précédemment*, et, certainement par pure masochisme, dont je lis actuellement l'ouvrage intitulé l'énigme de la chambre 622. 

Ce qui surprend c'est que cet homme dont l'exigence littéraire ne fait aucun doute, édite et promeut Dicker dont le style m'apparaît comme celui d'un adolescent sans talent.  Je relève pour l'exemple (page 98) Anastasia se força à sourire à la dérangeuse" cette dérangeuse (importune) est en réalité la bonne que l'auteur affuble d'un sabir ridicule "médéme, Mousieu...

Que dire de "l'énigme" dans les premières pages elle se résume à un mauvais Feydeau : Le mari trompé, la femme volage et l'amant riche, beau, intelligent...

Le mari trompé, Macaire qui désire plus que tout devenir le patron de la banque fondé par son grand père, a, outre le privilège d'être cocu, une lubie : il écrit ses mémoires...à l'encre sympathique, comme les espions ou moi quand j'étais gamin...

Il y a fort à craindre que les ventes de jus de citron aient explosé ces derniers temps.

Page 230 : Elle était persuadée que son histoire avec Lev se terminerait en eau de boudin...???

Et la bouffonnerie continue à longueur de page : Macaire (le cocu) sera-t-il élu Président de la banque Ezbener ? Anastasia partira, partira pas, avec le beau Lev (l'amant) qui parle une dizaine de langues y compris l'albanais.  Le suspense est à son comble...

Devant tant de niaiseries, j'ai échafaudé une théorie qui pourrait paraître totalement extravagante : Dicker ne serait pas l'auteur de La vérité sur l'affaire Harry Quebert ! Il y a entre ce roman et les trois suivants* un abîme littéraire. Alors qui ? de Fallois qui aurait voulu prouver que des arlequinades peuvent se vendre à des milliers d'exemplaires ?

Dicker éprouve tellement de doute sur ses aptitudes littéraires, qu'il rabâche à longueur de page sa qualité d'écrivain...comme s'il voulait convaincre le lecteur que c'est bien lui qui tient la plume d'un succès annoncé.

* voir l'article du 13 mars 2018.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires