Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mars 2021 7 07 /03 /mars /2021 12:01

Le dimanche 7 mars

Ou comment se débarrasser d'un opposant (encombrant) sans poison.

La méthode africaine a cela de bon c'est qu'elle n'attente pas à la santé de l'impétrant à la destitution. Il suffit de le discréditer et le jeter en pâture à la vindicte populaire, notamment s'il est réputé incorruptible. Qualité atypique vous en conviendrez sur le continent.

Ousmae Sonko

Or ce pauvre Ousmae a commis une faute de débutant lorsque l'on est le principal opposant au Président du Sénégal qui on s'en souvient,  s'est débarrassé du Maire de Dakar. Ousmae n'a pas trouvé mieux qu'aller se faire masser dans un salon au nom évocateur de "Sweet Beauté" Il en est ressorti, non pas frais et détendu, mais  avec une accusation de viol sur le dos par l'une des employées. Vrai, faux ? la réputation de l'homme politique est entachée à jamais. Mais toujours est-il que l'objet du délit n'est pas anodin, de nos jours, le viol est un sujet brûlant d'actualité qui ne peut que ravaler Sonko au niveau des violeurs qui ont fait le "buzz" ces dernier temps.

Or j'ai remarqué que ces temps-ci il ne faisait pas bon d'être opposant :

Au Bénin : Rekia Madougou ex-Ministre est accusée de terrorisme et d'avoir fomenté un complot de grande ampleur selon les termes du Ministre actuel de la Justice.

Au Tchad : L'opposant Yaya Dillo Dje-ou est accusé de meurtre et de complicité d'enlèvement.

Au Mali : l'opposant Boubou Cissé est soupçonné de complot contre l'état.

En RDC (République DEMOCRATIQUE du Congo) Vital Kamerhe (ami de l'ancien Président) est accusé de détournement de fonds.

Poutine et Erdogan font des émules et je crains que cela ne donne des idées (malsaines) à quelques Autocrates en devenir.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires