Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 août 2020 5 14 /08 /août /2020 13:06

Vendredi 14 août 2020

Arnaldur INDRIDASON

Avec un nom comme ça tu as neuf chances sur dix de passer pour un grand auteur de polar. Vous avez sans doute remarqué que depuis l’excellent Stieg  Larson tous les auteurs de thrillers venant du nord de l’Europe sont auréolés du succès des « Millénium ».  Arnaldur en fait partie. J’ai donc pensé prendre un pseudonyme norvégien ou islandais pour obtenir le succès qu’incontestablement  je mérite, selon ma concierge.

En cette période estivale, la canicule et la Covid  s’étant alliées pour me séquestrer dans mon appartement j’ai acheté, quelques bouquins dont le polar d’Arnaldur intitulé : Ce que savait la nuit.

Avez-vous remarqué le nombre de polars et de séries télévisées où les flics ont des problèmes psychologiques ou familiaux insurmontables. C’est le cas du flic à la retraite dont j’ai oublié le nom qui passe son temps à se poser la question : Est-ce que j’enquête sur ce meurtre ? Pour cela il consulte un peu tout le monde son fils, son ex, son ancienne collègue… Cet ennui qui me vient…

Konrad (le nom me revient) se lance tout de même à corps perdu sur ce meurtre vieux de trente ans sur lequel il avait enquêté sans résultat. Sous l’effet du réchauffement climatique, un glacier au nom imprononçable vient de recracher un cadavre, qu’il gardait bien au chaud depuis trente ans. Je n’en dirais pas plus sur l’énigme "insoutenable" de ce roman dont la résolution pourtant simple avance aussi rapidement que la fonte du glacier.

Vous l’aurez compris il ne suffit pas d’avoir un patronyme issu des glaces polaires, pour écrire un bon polar. Tout compte fait Je vais garder Éric Delval  comme pseudonyme

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Histoires extraordinaires
  • : chronique satirique du peuple du royaume de France.
  • Contact

Recherche

Liens