Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 22:44
Au commencement du septième jour  de Luc Lang

Au commencement du septième jour de Luc Lang

Dimanche 16 octobre 2016

Au commencement du septième jour ou un roman sans fin de Luc LANG

Epitomé  et quelques remarques acides :

Un couple de Cadres supérieurs (CSC+ pour les initiés) avec deux enfants appelés « Les tigrichons » (l’auteur veut faire original mais sombre dans le ridicule) vit dans une belle maison avec jardin donnant sur le bois de Vincennes. Lui, développe une sorte de bracelet électronique au sein d’une start-up, destiné à "surveiller" les employés des grandes entreprises, afin que le patron sache où ils se trouvent durant leur temps de travail. Elle, dirige l’agence du Havre d’une grande entreprise informatique et ne rentre que le week-end. C’est une métisse issue d’un mariage entre une française et un noir américain qui a décampé à sa naissance.

Tout va bien jusqu’au moment où la sonnerie du téléphone réveille Thomas en pleine nuit,  Camille a eu un grave accident sur une départementale où elle n’avait rien à y faire. Elle est dans le coma et hospitalisée à Rouen. Il s’y rend dans l’Audi dont il vante les qualités à tel point que l’on pourrait penser que le roman est sponsorisé par la marque : Il parle des 260 km/h qu’elle peut atteindre, des anneaux enchâssés dans la carrosserie….

Dès lors, la vie de la famille se trouve bouleversée, les "Tigrichons" sont confiés à la garde d’une nounou africaine nommée Daba et, commence l’enquête du mari qui cherche à savoir ce que sa femme foutait sur cette départementale à trois heures du matin, pourquoi elle roulait à plus de cent à l’heure ?  Pourquoi elle a terminé sa course par une dizaine de tonneaux sur une route parfaitement droite ? Aurait-on saboté la belle Austin Cooper S (dans la famille on ne roule pas dans n’importe quoi)

L’on apprend ainsi à désossé une voiture pour récupérer une sorte de boite noire qui livrera en détail les pérégrinations de l’épouse, car l’auteur nous gratifie des moindres détails : les parcours, le numéro des autoroutes, des nationales des rues, la couleur des vaches dans les champs, les monuments de Rouen, ainsi qu’une description fastidieuse de l’agonie de la malheureuse.

Enfin au bout d’une éternité Camille ouvre les yeux et sourit. Mais déception l’on apprend rien sur ce qu’elle fichait sur cette départementale. Le thriller que l'on espérait tombe à l'eau ! Et là, surprise : Fin du livre 1

  Livre deux : Où l'on pense raisonnablement avoir le clé du mystère sur l'escapade nocturne de Camille.

Eh bien non ! Nous voici transporté dans les Pyrénées dans une escapade en montagne qui vire au cauchemar. Thomas se retrouve dans le brouillard, sous la pluie, sur un sentier escarpé, un rocher se détache de la paroi manque l’entraîner dans l’abîme. C’est horrible. Cela dure des pages et des pages (que j’ai lu en diagonale) où tous les termes du vocabulaire de l’alpinisme sont cités ad nauseam. Rescapé,  Il  retrouve son frère Jean, qui élève des brebis et fabrique des fromages, avec lequel l’entente est chargée d’un lourd secret tournant autour de la mort de leur père. Incidemment l’on subodore  que Camille (la femme de thomas que l’on avait totalement oubliée) est décédée. Pourquoi ? Comment ? Les "Tigrichons" passent de merveilleuses vacances à l’estive (c'est un mot qui revient toutes les trois lignes (comme l’Audi) qui signifie pour les incultes : pâturage d’été en montagne. C’est très ennuyeux, ça dure des pages. Mais vous n’ignorerez plus rien sur la vie pastorale et la confection du fromage de brebis.

 Et survient : le livre 3

Le personnage principal, Thomas, se retrouve en Afrique au Cameroun plus précisément à la recherche de sa sœur, Pauline qui travaille au sein d’une ONG. Fortuitement, l’on apprend que son frère (l’éleveur de brebis) est décédé de la même manière que leur père en tombant dans un précipice.

Là également tous les clichés sur l’Afrique s’accumulent, comme ses malheurs. Car il n’est pas  chanceux. Il se retrouve dans une geôle sordide après avoir quitté Yaoundé, arrêté par un policier, sur le chemin de Garoua. On le soupçonne d’être un espion à la solde de qui ? Mystère. Durant l’interrogatoire par deux policiers, plus que méticuleux, il retrace son parcours (à la minute près) ainsi que la panne du train, dont la destination était Garoua, qui l’a fait échoué entre les griffes de la police à N’Gaoundéré.

Enfin libéré, ce sont les retrouvailles avec une sœur qu’il n’a pas vue depuis 16 ans. Pauline a recueilli un enfant nommé Aliou. Révélation : Le père abusait de Jean et était sur le point de faire subir le même sort à la petite Pauline. Jean ne pouvant le supporter a poussé Aurèle (le père) dans le même précipice où il succombera. 

Leur mère savait et couvrait les turpitudes de son mari. Pour elle : C’était une preuve d’amour. Problème : elle garde les "Tigrichons"  durant les pérégrinations de Thomas et est remarié avec un homme qui pourrait avoir les mêmes penchants coupables que son premier mari.

Le frère et la sœur s’interroge sur la mort  suspecte de Jean, dont la cause pourrait être le suicide, car rongé par les souvenirs douloureux de son enfance.  

Frère et sœur parcourent ce beau pays dirigé par un dictateur (Paul Biya) depuis 1982 et soudain, alors qu'il est à la plage avec le petit Aliou, auquel il semble s'attacher, Thomas appelle ses  "Tigrichons"  en vacances à Arcachon sous la garde de la mère de Camille que celle-ci a  arrachés des bras de la marâtre, complice du père pédophile.

Il leur annonce qu’il a une nouvelle importante à leur dire et l’on reste coi…Le roman se termine brutalement. Pas de point, pas le mot fin, comme si l’on avait arraché les dernières pages.

537 pages 22, 50 Euros. Ce roman est sélectionné pour le prix Goncourt.

Autre originalité dans ce récit,  il n'y a pas de point à la fin de certaines phrases, mais une majuscule au début de la suivante. Je n'ai rien contre l'originalité si celle-ci apporte un surcroît d'intérêt au texte, ce qui n'est pas le cas dans ce roman qui semble plus conçu pour interloquer que séduire le lecteur et éventuellement obtenir un prestigieux prix littéraire.   

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Histoires extraordinaires
  • : chronique satirique du peuple du royaume de France.
  • Contact

Recherche

Liens