Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 23:21
Le dessein tragique du Calife Ottoman

Le 8 septembre 2016.

Le mois de juillet a vu ressurgir l'hégémonie de la Turquie dans une région dévastée par les conflits. Le nouveau Calife du pays a immédiatement perçu le bénéfice qu'il pouvait tirer de la création d'un Etat islamique (DAESH) en Syrie et en Irak pour se débarrasser une bonne fois pour toute de son cauchemar : Les Kurdes.

Pour satisfaire sa sinistre entreprise, selon un plan parfaitement synchronisé, le fin stratège Recep Erdogan fournira aux jihadistes (combattus par les milices kurdes) aides matérielles et logistiques.

Et viendra la formidable opportunité des réfugiés.

Atterrés par la montée en puissance des mouvement xénophobes les gouvernements européens offriront à l'autocrate turc l'occasion d'exercer le pire des chantages. Pour trois milliards d'Euros, mais pas seulement, il parquera sur le territoire turc tout migrant aspirant à rejoindre l'Europe.

TROIS MILLIONS de MIGRANTS PRIS en OTAGE.

Seconde partie du plan :

ERADIQUER l'ennemi intérieur.

En faisant courir la rumeur qu'une purge va intervenir incessamment au sein de l'armée (garante d'un état laïc) Erdogan provoque le putsch raté de juillet. Affolés les militaires fomenteront un coup d'état bâclé n'ayant aucune chance d'aboutir. La purge stalinienne est en branle et nos valeureux dirigeants européens voient avec effroi sur les écrans des hommes entravés, manifestement torturés.

Ils ne réagiront pas. Sacrifiant militaires, journalistes, professeurs, étudiants, tout ce que la Turquie compte d'intellectuels contestant l'autorité du Raïs, afin de ne plus voir ces hordes de sauvages déferlées sur l'Europe et ruiner leur réélection.

Troisième phase du plan :

Les ennemis d'hier deviennent les amis d'aujourd'hui ou Trois dictateurs en campagne.

Afin de poursuivre la traque des kurdes, le Calife d'Ankara n'hésite pas à se rapprocher de l'ennemi d'hier. Il est pas inutile de rappeler que la Turquie a abattu un avion de chasse russe.

Avec l'accord de son nouvel ami, Erdogan envahi la Syrie avec ses chars et bombarde les positions des milices kurdes (et occasionnellement des Jihadistes) pourtant alliées des Etats-Unis et de la France dans la guerre contre DAESH. Il n'en n'a cure, convaincu que les européens fermeront les yeux craignant qu'il libère les otages, pardon... les migrants.

Ainsi l'Autocrate Turc est gagnant sur toute la ligne, membre de l'OTAN, soutenu par la Russie laquelle protège le tyran Bachar el assad , il combat les alliés des occidentaux sans que ceux-ci ne répliquent. La duplicité a toujours été la marque de fabrique des dirigeants turcs, il ne manque plus que les Etats-Unis bannisse Fethullah Gülen* pour que la victoire soit totale.

*Opposant à Erdogan réfugié aux Etats-Unis depuis 1999.

Partager cet article
Repost0

commentaires