Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 13:35

Le 26 avril 2016

Le lendemain, je rencontrais Juanita Conception dans la cour, un seau dans une main, un balai brosse sur l’épaule, le visage serein des gens qui ont trouvé leur chemin de Damas.

Elle me salua aimablement, j’en fis de même, la gorge serrée.

- Vous avez passé une bonne nuit ? M’enquis-je

- Excellente ! Je suis allé retrouver mes amis de la Nuit Debout, pour leur apporter quelques victuailles. Rassurez-vous je ne suis pas restée trop longtemps…vu la besogne que j’ai à abattre ici !

Si vous voulez, ce soir je vous emmène, ça vous changera de vos soirées mondaines !

Je ne relevai pas le sarcasme. Me contentant, lâchement, d’accepter.

Le soir venu, je suivi donc cette cicérone new-look à travers Paris, pour nous retrouver parmi les Nuits Debout.

Il y régnait une atmosphère bon-enfant, de fête nimbée de relents de friture et de cannabis. Partout des gens assis écoutaient des orateurs improvisés dont le temps de parole était limité à trois minutes. Tous les sujets étaient abordés.

Nous arrivâmes sur un groupe de jeunes et remarquai la popularité de mon guide qui saluait à droite à gauche comme l’eut fait la reine d’Angleterre. Je supposais qu’elle avait relaté sa vie de misère à tout ce beau monde, d’où l’aura qui la nimbait à l’image d’une sainte, d’autant qu’elle venait d’Espagne où comme chacun le sait, les saints prolifèrent.

Ce fut un tout autre registre quand elle me présenta, et je sentis sur moi le poids des regards hostiles que l’on réserve aux exploiteurs de la misère humaine et pensai aussitôt aux lazzis de la foule à l'arrivée de Finkielkraut ( philosophe en mal d'auditoire) avant qu'il ne soit chassé manu-militari.

Dressant un rempart de son corps gargantuesque, entre ses amis, subitement menaçants, et ma modeste personne, elle déclara avec emphase : « Cet homme est sous ma protection, sa rédemption sera ma mission ! »

Un sillon de sueur froide coulait lentement le long de ma colonne vertébrale lorsque nous traversâmes une foule de visages suspicieux comme si j’émergeais de je ne sais quel pandémonium.

Arrivé devant la porte de sa loge, la matrone me toisa d’un air protecteur comme l’eut fait une mère maquerelle jaugeant une nouvelle pensionnaire. Je montais les escaliers comme un automate avec la sensation d’avoir laissé dans cette expédition nocturne le peu de considération que ce cerbère avait à mon égard, si elle en avait eue un jour.

A suivre.....

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Histoires extraordinaires
  • : chronique satirique du peuple du royaume de France.
  • Contact

Recherche

Liens